Accéder au contenu principal

NFL: les New England Patriots licencient Antonio Brown, accusé de viol

Publicité

Los Angeles (AFP)

L'équipe de football américain des New England Patriots, titrée lors du dernier Super Bowl en NFL, a annoncé avoir licencié vendredi son receveur star Antonio Brown, qui fait actuellement l'objet d'une plainte fédérale pour viol.

"Les New England Patriots libèrent Antonio Brown. Nous apprécions le dur travail accompli par beaucoup de personnes au cours des onze derniers jours, mais nous estimons qu?il est à présent préférable d'aller dans une direction différente", indique le communiqué laconique de la franchise.

Brown n'aura été un Patriot que le temps d'un match, le week-end passé à Miami (43-0), couronné d'un touchdown qui laissait entrevoir sa capacité à rester imperturbable malgré les accusations auxquelles il fait face.

Finalement, après avoir vu son contrat avec Nike rompu jeudi par l'équipementier, voilà l'ancien joueur des Oakland Raiders désormais sans club.

Car juste après qu'il se soit engagé avec les Patriots, Britney Taylor, une femme de 28 ans qu'il avait embauchée en 2017 et 2018 pour être sa préparatrice physique, a déposé une plainte au civil dans le district de Miami, en Floride.

Elle accuse Antonio Brown de l'avoir agressée sexuellement à deux reprises en juin 2017, et de l'avoir violée en mai 2018 à son domicile.

Le joueur, qui a nié avoir ainsi agi, assurant que les relations sexuelles entre Britney Taylor et lui-même avaient été consenties, avait été tout de même aligné par les Patriots à Miami, le week-end passé, et devait même être dans le groupe pour affronter les New York Jets ce dimanche.

Mais ces dernières heures Sports Illustrated a rapporté qu'une autre femme, l'accusant d'une avance sexuelle non désirée en 2017, a reçu des menaces par texto de la part de Brown, après que le magazine eut publié un article détaillant cette nouvelle histoire.

Une goutte d'eau qui a certainement fait déborder le vase des "Pats", alors que l'entraîneur Bill Belichick, assailli de questions sur Brown, a écourté la conférence de presse qu'il tenait jeudi.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.