Accéder au contenu principal

La possible faillite de Thomas Cook inquiète clients et prestataires

Le voyagiste Thomas Cook emploie 22 000 personnes au Royaume-Uni.
Le voyagiste Thomas Cook emploie 22 000 personnes au Royaume-Uni. Tolga Akmen, AFP (archives)

Particulièrement présent en Tunisie, en Turquie et à Majorque, Thomas Cook, le plus vieux voyagiste du monde, risque la faillite. Clients et prestataires sont inquiets. En cas de banqueroute, les activités du groupe cesseraient immédiatement.

Publicité

Des milliers de salariés menacés, des centaines de milliers de touristes coincés. Thomas Cook n'est pas loin du scénario catastrophe. La direction du voyagiste britannique s'est réunie dans la matinée du dimanche 22 septembre avec des prêteurs et des créanciers pour sauver la société menacée de faillite. La plus vieille agence de voyage de la planète doit trouver rapidement 200 millions de livres supplémentaires (un peu plus de 220 millions d'euros) pour faire face à ses échéances financières.

Un conseil d'administration se réunira en début de soirée au Royaume-Uni pour déterminer si la société, minée par les dettes, la concurrence des sites en ligne et les incertitudes géopolitiques, a encore un avenir. Si Thomas Cook n'obtient pas les fonds manquants, l'entreprise devra se placer sous le régime des faillites au Royaume-Uni.

600 000 touristes concernés, dont 10 000 Français

Les activités du groupe devraient cesser immédiatement. Ses agences de voyage devraient fermer, ses avions seraient cloués au sol et les 22 000 salariés du groupe pourraient perdre leur emploi.

Un scénario de faillite de Thomas Cook impacterait aussi les quelques 600 000 touristes, dont 10 000 Français actuellement en vacances avec des voyages organisés par l'agence britannique. Ils pourraient se retrouver coincés loin de chez eux, même s'ils devraient alors être pris en charge par les autorités.

Les voyages organisés et achetés dans l'Union européenne sont protégés dans le cadre d'une directive de l'UE. En Grande-Bretagne, c'est la garantie Atol qui va entrer en jeu si Thomas Cook fait faillite, et le rapatriement des vacanciers sera alors organisé par l'Autorité britannique de l'aviation civile (CAA).

Des hôtels impactés en Tunisie

Le pionnier des tour-opérateurs est essentiellement présent en Europe et autour de la Méditerranée, avec Antalya, en Turquie, et Majorque pour destinations phares. Sur place, l'angoisse touche aussi les centaines de prestataires de Thomas Cook qui voient leurs revenus menacés, certains risquant également de devoir mettre la clé sous la porte si le voyagiste fait faillite.

À Hammamet, en Tunisie, les responsables de l'hôtel Les Orangers ont ainsi brièvement retardé le départ d'un groupe de touristes, "le temps de vérifier que le paiement" de leur séjour avait été effectué, a indiqué un porte-parole du ministère de l'Intérieur tunisien, joint par l'AFP.

D'après une touriste interrogée par l'AFP, les responsables de l'hôtel ont demandé des versements supplémentaires alors que ce groupe avait déjà versé les frais de leur séjour, au regard de la situation du voyagiste.

"Après une heure, ils ont quitté l'hôtel et sont actuellement à l'aéroport. Il y a d'autres groupes Thomas Cook à Hammamet, à Sousse, à Mahdia et à Djerba, toutes les procédures de paiement ont été réglées", a voulu rassurer le porte-parole du ministère tunisien.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.