Accéder au contenu principal

Les partis arabes soutiennent Gantz pour le poste de Premier ministre en Israël

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, son rival Benny Gantz (gauche), et le président Reuven Rivlin, le 19 septembre 2019.
Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, son rival Benny Gantz (gauche), et le président Reuven Rivlin, le 19 septembre 2019. Gil Cohen-Magen, AFP

Les partis arabes ont confirmé, dimanche, leur soutien à Benny Gantz pour prendre la tête d'une coalition d'union nationale. Le leader nationaliste Avigdor Lieberman, quant à lui, ne dit soutenir ni Benjamin Netanyahu, ni son rival.

Publicité

Cinq jours après les élections législatives, les Israëliens attendent toujours un nouveau gouvernement. La coalition centriste Bleu Blanc de Benny Gantz est légèrement en tête devant le Likoud de Benjamin Netanyahu, mais aucun des deux partis ne dispose d'une majorité suffisante à la Knesset. Dimanche après-midi, le président Reuven Rivlin a entamé les consultations avec tous les chefs de partis pour tenter de trouver un compromis.

"Ce choix est important. Sans ces voix des arabes israéliens, il en aurait été scellé du sort de Benny Gantz. Pourtant, malgré ce soutien, il ne parvient pas à avoir une majorité, il est juste en situation favorable", souligne Antoine Marriotti, le correspondant de France 24 à Jérusalem.

Les explications de notre correspondant à Jérusalem

Les membres de la liste des partis arabes, qui émerge comme la troisième force politique du pays, ont donc été reçus dimanche. Déterminés à barrer la route à Benjamin Netanyahu, ils lui reprochent, entre autres, sa loi consacrant Israël comme État juif. Ses dirigeants ont apporté leur soutien officiel au rival Benny Gantz, qui était chef de l'armée lors de la guerre de Gaza en 2014.

Du côté d'Avigdor Lieberman, dont la prise de position était attendue en fin de journée, l'ancien ministre de la Défense, considéré comme un "faiseur de roi" potentiel après les législatives, a confirmé qu'il ne soutient pour le moment personne pour le poste de Premier ministre, donc ni Benjamin Netanyahu, ni Benny Gantz.

"On campe sur ses positions"

Un gouvernement d'union national pourrait être l'option privilégiée, mais pour l'instant ni Benny Gantz, ni Benjamin Netanyahu ne semblent disposé à laisser à l'autre le fauteuil de Premier ministre.

"Un scénario de rotation entre Netanyahu et Gantz serait jouable"

"D'un côté comme de l'autre, on campe sur ses positions. Le seul qui a bougé pour l'instant, c'est Benjamin Netanyahu, pas par choix, mais parce qu'il est dos au mur. Il n'a aucune possibilité de former une coalition sans rejoindre Bleu Blanc", décrit Antoine Mariotti.

Lors des élections d'avril dernier, le président Rivlin avait confié à Benjamin Netanyahu la tâche de former un gouvernement. Mais il avait échoué en raison du refus d'Avigdor Liebermann de soutenir à nouveau le Premier ministre. Avec huit sièges, la liste nationaliste laïque de l'ancien ministre des Affaires étrangères affiche son hostilité aux partis arabes et ultra-orthodoxes.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.