Accéder au contenu principal

Les cheminots se mobilisent à leur tour contre la réforme des retraites

Des usagers de la SNCF sur les quais de la gare Saint-Lazare, à Paris, pendant un mouvement de grève le 19 avril 2018.
Des usagers de la SNCF sur les quais de la gare Saint-Lazare, à Paris, pendant un mouvement de grève le 19 avril 2018. Christophe Simon, AFP

Les syndicats CGT et Solidaires lancent une journée de grève, mardi, pour protester contre le projet de réforme des retraites. Des manifestations sont prévues dans toute la France, ainsi que des perturbations dans les transports franciliens.

Publicité

Les cheminots se lancent dans la bataille contre le projet de réforme des retraites du gouvernement avec un appel à la grève des syndicats CGT et Solidaires pour la journée du mardi 24 septembre. Après les avocats, les médecins, les pilotes, et les infirmières, les employés de la SNCF espèrent créer un effet d’entraînement face au gouvernement.

La direction de la compagnie ferroviaire s’attend à une journée délicate mais pas noire : le trafic sera normal sur les lignes internationales, quasi normal dans le cas des TGV mais davantage perturbé sur les réseaux Transilien (un train sur deux), TER (trois trains sur cinq) et Intercités (deux trains sur cinq dans la journée).

Les usagers de la ligne B du RER, qui traverse la région parisienne du nord au sud, peuvent également s’attendre à des retards, selon les prévisions de la SNCF.

Manifestations dans toute la France

Des manifestations hostiles à cette réforme emblématique portée par le président Macron sont également prévues un peu partout en France, à l’initiative de la CGT.

Solidaires, la FSU et l'Unsa-Ferroviaire se sont joints à cet appel à manifester lancé mi-juillet en solo par la CGT, au moment de la remise du rapport du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, devenu depuis membre du gouvernement.

À Paris, la manifestation se tiendra entre la place de la République et celle de la Nation, avec le renfort des organisations de jeunesse l'Unef et l'UNL. Aussi opposée à la réforme, Force ouvrière a réuni de son côté plusieurs milliers de personnes samedi.

Mettre fin aux régimes spéciaux de retraite

Emmanuel Macron a récemment expliqué qu'il faudrait "faire des choix. Nous aurons des discussions sur les professions pour qui il y a des régimes spéciaux", mais "peut-être faudra-t-il plus de temps. Il ne faut rien fermer, ne rien fermer trop tôt".

Le gouvernement prévoit de faire voter le projet de loi qui définira le nouveau système universel d'ici juillet 2020, après une nouvelle concertation citoyenne. La réforme prévoit de fusionner en un système unique par points les 42 régimes existants, à l'horizon 2025.

Le président de la République participera jeudi à Rodez à un débat sur ce thème, avec 500 lecteurs du groupe de presse La Dépêche.

AFP, Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.