Accéder au contenu principal

Réforme des retraites : des milliers de manifestants dans la rue à l'appel de la CGT

Le cortège de la CGT à Paris, le 24 septembre 2019.
Le cortège de la CGT à Paris, le 24 septembre 2019. Dominique Faget, AFP

Des militants CGT ont défilé par milliers, mardi, dans toute la France contre la réforme des retraites voulue par l'exécutif. Le mouvement de grève a provoqué quelques perturbations dans les transports.

Publicité

"On va laisser des gens de côté avec des petites retraites" : après les avocats, la RATP ou encore Force ouvrière, des militants CGT ont défilé par milliers mardi 24 septembre dans toute la France contre la réforme voulue par l'exécutif, avec un mouvement de grève qui provoquait quelques perturbations dans les transports.

La mobilisation a rassemblé mardi "150 000 manifestants dans toute la France", avec "166 lieux de manifestations", s'est félicité sur BFMTV son secrétaire général, Philippe Martinez, estimant que c'est "un bon début".

Solidaires, la FSU et l'Unsa-Ferroviaire se sont joints à cet appel à manifester lancé mi-juillet en solo par la CGT au moment de la remise du rapport du haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye. Celui-ci prévoit de fusionner en un système unique par points les 42 régimes existants, à l'horizon 2025.

À Paris, un comptage réalisé par Occurrence pour un collectif de médias, dont l'AFP, a recensé 12 300 manifestants.

À Marseille, 3 700 manifestants selon la préfecture de police, drapeau CGT en main ou revêtant la chasuble du syndicat, se sont rassemblés sur le Vieux-Port. "On est en train de mettre à mort un système que nos anciens avaient bâti avec le Conseil national de la Résistance (...) Je vois des gens régulièrement reprendre un travail à la retraite car ils n'arrivent pas à joindre les deux bouts", a témoigné Catherine, gestionnaire à la CPAM des Bouches-du-Rhône.

"On renie tous nos droits sociaux fondamentaux !" s'est indignée Joëlle Erdmann, secrétaire générale de la CGT Mosaïque, éducatrice d'enfants handicapés mentaux, à Strasbourg. "On a des métiers difficiles, dans le médico-social. On ne peut pas travailler plus pour gagner plus".

"Un projet fait pour faire des économies"

À Paris, la CGT avait reçu le renfort des organisations de jeunesse Unef et UNL. "C'est un projet fait pour faire des économies, comme la réforme de l'assurance chômage", a déploré Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT.

Pour la première fois, des livreurs à vélo de plateformes comme Deliveroo ont défilé à l'invitation des organisateurs. Le chef de file des Insoumis à l'Assemblée, Jean-Luc Mélenchon, a fait une brève incursion dans la manifestation et est allé à leur rencontre.

Conséquence d'un appel à la grève de la CGT-Cheminots et de SUD-Rail, le trafic était perturbé à la SNCF, qui prévoyait la circulation de presque tous les TGV mais deux trains Intercités sur cinq, trois TER sur cinq et un Transilien sur deux en moyenne.

À Nice, il n'y avait ni bus ni tramways et un millier de personnes ont manifesté selon la police. De même source, ils étaient 3 200 à Lyon, 1 800 au Havre (3 000 selon la CGT), 1 300 à Rouen (2 000 selon la CGT), 1 400 à Nantes (2 000 selon la CGT), 1 200 à Rennes, 1 350 à Lille selon la préfecture, 1 300 à Bordeaux (2 500 selon les organisateurs), 800 à Strasbourg, 850 à Grenoble.

Le gouvernement prévoit de faire voter le projet de loi sur les retraites d'ici juillet 2020, après une nouvelle concertation citoyenne.

Les syndicats de la RATP, qui ont réussi un mouvement de grève massif le 13 septembre, se préparent pour une nouvelle mobilisation à partir du 5 décembre, à laquelle s'est déjà jointe la fédération SUD-Rail.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.