Accéder au contenu principal

À l’Élysée, un flot continu d’anonymes rend hommage à Jacques Chirac

Des personnes viennent signer les livres d'or à l'Élysée, le 27 septembre 2019, pour rendre hommage à Jacques Chirac.
Des personnes viennent signer les livres d'or à l'Élysée, le 27 septembre 2019, pour rendre hommage à Jacques Chirac. Dominique Faget, AFP

L’Élysée a mis en place jeudi soir des "livres d’or" à la disposition des personnes souhaitant honorer la mémoire de l’ancien président. Depuis, c’est un flux continu d’anonymes qui se pressent rue du Faubourg Saint-Honoré.

Publicité

Seul, en couple ou en famille, plusieurs centaines de personnes se pressent depuis jeudi soir à l’Élysée pour rendre un hommage personnel à l’ancien président de la République, Jacques Chirac, décédé dans la matinée du 26 septembre.

La présidence a mis en place dans le vestibule quatre "livres d’or" à disposition de ceux qui souhaiteraient écrire un mot. Dès l’ouverture des portes du palais, jeudi à 21 heures, une longue file d’attente s’est rapidement formée. Au total, plus de 700 personnes ont fait le déplacement dans la soirée, jusqu’à 3 heures du matin. Vendredi, le défilé a repris son cours : Français et étrangers, de tous les âges, font la queue pour entrer dans la Cour d’honneur de l’Élysée, sous des drapeaux en berne, et accéder, sous le regard des gardes républicains, au vestibule d’honneur.

>> À lire : "Webdocumentaire : le monde selon Jacques Chirac"

"Nous nous devions d’être là, c’était un grand homme qui a eu un incroyable destin et qui avait un amour de la France et des Français", raconte Isabelle, fière d’avoir milité au sein des Jeunesses du RPR au début des années 1980. "C’est la fin d’une époque et une partie de l’histoire de la politique qui s’en va avec lui car on ne fait plus de la politique de la même manière aujourd’hui", regrette-t-elle.

À ses côtés, sa fille Justine, la vingtaine, boit ses paroles. "C’est toute mon enfance, se souvient-elle. Ma maman m’a beaucoup, beaucoup parlé de Jacques Chirac, donc venir lui rendre un dernier hommage, avec ma mère, c’est un beau symbole."

Pour beaucoup, Jacques Chirac appartenait, avec Charles de Gaulle et François Mitterrand notamment, à un club d’hommes politiques à part. Sa personnalité, son charisme, la façon dont il incarnait la France à l’étranger sont fréquemment cités par les nombreux anonymes venus lui rendre hommage.

"C’est un homme qui aimait les gens, un humaniste"

"C’est avec beaucoup d’émotion que je suis venu dire au revoir à ce grand Monsieur qui était le dernier des grands. C’est toute ma jeunesse qui part avec lui", témoigne Youssef, un Marocain de 40 ans en voyage à Paris pour raisons professionnelles. "C’était un homme de paix, un visionnaire, juge-t-il. Si M. Bush l’avait écouté [lorsque le président des États-Unis décida d’envahir l’Irak en 2003], on ne serait pas dans cette situation aujourd’hui. C’est un homme qui aimait les gens, un humaniste."

"Je retiens surtout sa proximité avec les Français, y compris et surtout avec les 'petites gens', et son humanité", abonde Hervé, un retraité venu seul et qui avait pris soin de préparer au brouillon ce qu’il souhaitait écrire dans le livre d’or.

>> À voir : "Emmanuel Macron : Jacques Chirac 'portait en lui l’amour de la France et des Français'"

D’autres, parmi les signataires, ont eu la chance de rencontrer l’ancien président et gardent en mémoire une anecdote personnelle. Ivan, 43 ans, a été témoin de son passage dans une association qui vient en aide aux enfants maltraités et dans laquelle il était bénévole. "Il était venu en visite privée, sans tambour ni trompette. C’était une personne humble. J’avais ressenti sa présence humaine, attentive aux autres, j’en ai été marqué", dit-il avec émotion.

Au-delà des qualités humaines de Jacques Chirac, certains faits marquants de sa présidence reviennent en boucle : son opposition à la guerre en Irak, son message sur la protection de l’environnement avec sa fameuse phrase "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs", presque systématiquement citée par les personnes interrogées, et enfin le discours du Vel d’Hiv.

>> À voir : "Décès de Jacques Chirac : les cérémonies prévues jusqu'à lundi"

"Il restera comme le président français qui a reconnu la responsabilité de la France dans la déportation des juifs, souligne Romain, venu avec son fils de 4 ans. Même si le bilan politique de Jacques Chirac est loin d’être parfait, son discours du Vel d’Hiv est sans doute l’un des plus marquants de l’histoire de la Ve République, donc j’avais envie de lui rendre hommage."

Les livres d’or sont accessibles jusqu’à dimanche après-midi à l’Élysée. À partir de lundi, le dispositif devrait être installé aux Invalides, selon la présidence de la République.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.