Accéder au contenu principal

Mondial de rugby: le Japon terrasse l'Irlande et chamboule tout

Publicité

Shizuoka (Japon) (AFP)

La 9e Coupe du monde a basculé dans la folie, avec l'exploit du Japon qui a envoyé un message fort à tous les favoris en terrassant contre toute attente l'Irlande (19-12) à l'issue d'un match intense samedi à Shizuoka.

La surprise n'est pas aussi grande qu'en 2015, quand les Brave Blossoms avaient écrit l'une des plus belles pages de l'histoire de la compétition en surprenant l'Afrique du Sud (34-32) à Brighton. Mais l'exploit est d'autant plus grand que les Irlandais, ex-N.1 mondiaux, étaient prévenus.

Peut-être n'ont-ils pas pris la menace au sérieux, estime Jamie Joseph, l'entraîneur japonais. "Nous pensons à ce match depuis assez longtemps. Visiblement, ils n'y ont pensé que depuis 6 ou 7 jours."

Ce succès change beaucoup de choses dans la poule A, dans laquelle le Japon peut désormais viser une première participation aux quarts de finale, via la première place en cas de succès sur les Samoa et l'Ecosse. Cette dernière, dominée par l'Irlande (27-3), est dos au mur. Les cartes sont aussi rebattues pour le tableau final, alors que la Nouvelle-Zélande était promise à l'Ecosse et l'Afrique du Sud à l'Irlande.

Le XV du Trèfle doit dès maintenant se préparer à l'idée d'affronter les All Blacks dès les quarts de finale, un stade auquel il a toujours échoué jusqu'ici... et les Japonais entrevoient la possibilité de réjouissantes retrouvailles avec les Springboks, qui les avaient étrillés (41-7) début septembre pour leur dernier match de préparation.

C'est ce dernier résultat, ainsi que l'entrée poussive du Japon face à la Russie (30-10), qui incitait au scepticisme quant aux capacités du pays-hôte à rivaliser avec les meilleurs pour le premier Mondial organisé en Asie. La performance de Shizuoka, devant 50.000 spectateurs euphoriques, va assurément donner un coup de fouet supplémentaire à la réussite populaire et festive de l'événement.

- Les avants irlandais bousculés -

En attendant des scènes de liesse dans la rue, les Japonais ont mis toute leur ferveur sur le terrain, montrant tout au long du match une détermination supérieure à celle des Irlandais. Du coup de pied de l'ouvreur Yu Tamura pour l'ailier Kotaro Matsushima, sauvé de justesse par Jacob Stockdale (4e), à l'interception de Kenki Fukuoka (78e), repris à 5 mètres de la ligne, l'équipe de l'entraîneur Jamie Joseph n'a jamais baissé le pied.

Sa domination était déjà tangible en première période, même si l'Irlande est rentrée aux vestiaires avec un maigre avantage (12-9): le Japon s'était déjà fait deux fois plus de passes (120 contre 63) et avait déjà volé une touche au capitaine irlandais Rory Best (30e).

Si cliniques face aux Ecossais, les avants irlandais, mis sous pression permanente dans les mêlées ouvertes, ont cette fois balbutié leur copie et c'est l'ensemble du collectif qui a déraillé, concédant 9 pénalités.

Le XV du Trèfle pensait certainement avoir fait le plus dur (12-3) après deux essais de Garry Ringrose (14e) et Rob Kearney (21e), bien servis au pied par Jack Carty. Mais le remplaçant de Johnny Sexton, ménagé, s'est ensuite éteint... Et son remplaçant Joey Carbery a lui achevé le match sur une bévue, envoyant le ballon dans les tribunes, alors qu'une dernière relance était possible.

Le Japon a fait main basse sur le match dans le second acte, ses avant de rugbys faisant même plier l'adversaire en mêlée fermée. Les trois-quarts ont enfin concrétisé cette domination à l'heure de jeu, grâce à un enchaînement dans le bon tempo: passe sautée de Nakamura, passe sur un pas de Lafaele et essai de Fukuoka (59e, 16-12).

Impuissant, le deuxième ligne irlandais James Ryan, pourtant impérial contre l'Ecosse, se fait gratter le ballon (65e) et le Japon file vers une victoire méritée. "Le Japon a vraiment, vraiment bien joué", a salué le capitaine irlandais Best. "Ils nous ont posé beaucoup de problèmes et malheureusement nous n'avons pas su trouver les réponses."

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.