Accéder au contenu principal

Mondiaux de Doha: Chepngetich sort victorieuse d'un jeu de massacre

Publicité

Doha (AFP)

Des conditions attendues, mais néanmoins dantesques: la chaleur étouffante de Doha (environ 32 degrés et 73% d'humidité) a vu triompher la Kényane Ruth Chepngetich au marathon des Mondiaux, après avoir forcé plusieurs dizaines d'athlètes à jeter l'éponge.

"Deux de plus arrivent! Non, trois!" Il est un peu plus d'une heure du matin sur le front de mer de Doha, et c'est la panique devant la tente médicale. Allongées sur des brancards, assises dans des fauteuils roulants, les corps meurtris, le regard hagard, les abandons et les prises en charge médicale se succèdent à la mi-course.

Dans la cohue, les équipes médicales s'agitent, les encadrements se pressent dans la zone pour retrouver une athlète qui vient d'abandonner quelque part sur le bitume de la Corniche à Doha.

Les images risquent d'alimenter la polémique née de l'attribution des Mondiaux d'athlétisme au Qatar et à son climat extrêmement chaud. Même fin septembre, même à minuit passé.

Plusieurs dispositifs avaient bien été mis en place en conséquence: des volontaires de la Croix-Rouge postés tous les 200 m de cette boucle de 7 km, une dizaine d'athlètes ayant accepté d'ingérer des gélules qui permettaient aux médecins de surveiller en temps réel leur température corporelle, des points de ravitaillement en eau multipliés.

Malgré les éponges gorgées d'eau avec lesquelles les athlètes s'aspergeaient, malgré les serviettes fraîches qu'elles s'enroulaient autour du cou, beaucoup de ces marathoniennes de haut niveau ont durement souffert.

"C'est le marathon le plus dur de ma vie, ils n'auraient jamais dû donner le départ", s'est insurgée la Croate Bojana Bjeljac qui a abandonné au 17e kilomètre.

Résultat: une quarantaine d'athlètes ont fini la course, sur les 68 partantes annoncées par l'organisation. Si les abandons sont courants sur les 42,195 km du marathon, l'édition de Doha établit un nouveau "record" en la matière pour les Mondiaux (23 abandons à Moscou en 2013, seulement 13 à Londres en 2017 sur 92 partantes).

La hiérarchie mondiale a été respectée avec les meilleures devant: la Kényane Ruth Chepngetich l'a emporté en 2h32:43, elle qui était la plus rapide cette année, et avait établi le 3e meilleur chrono de tous les temps à Dubaï en janvier (2h17:08).

Une minute et trois secondes plus tard, la tenante du titre Bahreïnie Rose Chelimo a pris la médaille d'argent, puis la Namibienne Helalia Johannes le bronze (à 1 min 32).

"Les conditions étaient très particulières mais les meilleures sont devant. Il était possible de courir ce marathon avec une préparation très particulière, une hydratation parfaite", estime pour sa part le directeur de l'équipe italienne Antonio La Torre.

Les athlètes n'ont pas fini de transpirer: ils ont rendez-vous samedi à 23h30 locales, au même endroit, pour le 50 km marche.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.