Accéder au contenu principal

Tennis: son mollet soigné, Barty se sent "mieux que prévu" avant le Tournoi de Pékin

Publicité

Pékin (AFP)

La N.1 mondiale Ashleigh Barty a annoncé dimanche qu'elle devrait être rétablie pour le tournoi de Pékin, équivalent d'un Masters 1000 chez les messieurs, après avoir été touchée au mollet gauche vendredi à Wuhan.

"Pour l'instant, ça va mieux que ce qu'on espérait, c'est bien", a déclaré l'Australienne de 23 ans, qui avait dû demander des soins pour son mollet gauche au milieu du second set de sa demi-finale perdue contre la Bélarusse Aryna Sabalenka (7-5, 6-4), laquelle a conservé son titre samedi.

Barty, sacrée à Roland-Garros en juin et tête de série N.1 à Pékin cette semaine, a précisé qu'elle n'était "pas revenue sur le court depuis (s)on match à Wuhan", mais qu'elle allait "tester (s)on mollet à l'entraînement cet après-midi (ce dimanche matin en France)".

"Je suis sûre qu'il n'y aura aucun problème. Maintenant, il me reste juste à obtenir tous les feux verts, je suis sûre que ça ira", a ajouté l'Australienne qui doit affronter Yulia Putintseva (38e) au deuxième tour à Pékin. La Kazakhe a écrasé la Russe Anna Blinkova (66e) 6-0, 6-1 dimanche.

Exemptée de premier tour grâce à sa place de demi-finaliste à Wuhan, Barty devrait donc avoir l'occasion de creuser l'écart en tête du classement WTA dans la capitale chinoise... si son mollet la laisse tranquille.

L'Australienne n'avait pas participé au tournoi de Pékin l'année dernière, et a donc tout à gagner cette semaine, dans la perspective de sa course contre Karolina Pliskova vers le fauteuil de N.1 mondiale en fin de saison.

La Tchèque, N.2 mondiale à 321 points derrière Barty, a pour sa part connu un gros coup d'arrêt : elle a été éliminée (7-5, 3-6, 7-5) dès son entrée en lice à Pékin samedi par une ancienne championne de Roland-Garros (2017), la Lettone Jelena Ostapenko (74e).

A noter que Garbine Muguruza, ex-N.1 mondiale, s'est elle aussi inclinée d'entrée contre l'Américaine Sofia Kenin (6-0, 2-6, 6-2), lors d'un match qui a débuté très en retard (vers 1h00 du matin, heure locale), et qui s'est terminé à 2h31 dans la nuit de samedi à dimanche, mettant les organisateurs dans l'embarras.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.