Accéder au contenu principal

Boeing espère toujours un retour en service du 737 MAX cette année

Publicité

New York (AFP)

L'avionneur Boeing espère toujours un retour en service cette année du 737 MAX, même s'il n'a toujours pas présenté aux régulateurs les modifications exigées pour une levée de l'interdiction de vol de son avion vedette après deux accidents mortels.

"La décision revient aux régulateurs, mais nous continuons à travailler pour un retour en service au quatrième trimestre de cette année", a indiqué par courriel à l'AFP Gordon Johndroe, un porte-parole du groupe de Chicago.

"Boeing n'a toujours pas soumis la version finale du logiciel (MCAS) pour certification", a tempéré l'agence fédérale de l'aviation (FAA), le régulateur aérien américain, faisant allusion au système anti-décrochage mis en cause dans les accidents de Lion Air en octobre 2018 et d'Ethiopian Airlines en mars de cette année, qui ont fait 346 morts.

Par conséquent, "nous n'avons toujours pas de calendrier pour le retour en service", a ajouté le régulateur de l'aérien, à qui il revient de lever l'interdiction de vol frappant le 737 MAX, ce qui enverrait un signal aux autres autorités de l'aviation civile à travers le monde.

Pour remettre le 737 MAX en service, il a été demandé à Boeing d'effectuer des modifications sur le MCAS qui peut mettre brutalement l'avion en "piqué" (nez vers le sol) quand il est activé. C'est ce qui s'est passé dans les vols 302 d'Ethiopian le 10 mars dernier et 610 de Lion Air le 29 octobre 2018.

- En attendant le PDG -

Le constructeur doit ensuite les soumettre aux régulateurs, en l'occurrence à la FAA, qui doit programmer ensuite un vol test, déterminant pour le feu vert final.

Dennis Muilenburg, le PDG, devrait sans doute donner des indications sur le calendrier final lors d'une intervention prévue à New York ce mercredi vers 16H00 GMT.

L'optimisme affiché par Boeing tranche avec la multiplication récemment de faits ayant poussé un certain nombre d'experts à affirmer que le 737 MAX était loin de retourner dans le ciel mondial cette année.

Le régulateur des transports américain, le NTSB, a estimé dans un rapport, la semaine dernière, que Boeing et la FAA avaient mal évalué la réaction des pilotes aux alertes en vol en cas de dysfonctionnement du MCAS et recommandait des changements dans le processus de certification des avions aux Etats-unis.

Mais Boeing est sans doute conforté par des retours positifs de la part des pilotes des trois compagnies aériennes américaines clientes du MAX sur les changements effectués dans l'avion.

D'après des sources proches du dossier, Boeing a organisé, la semaine dernière à Miami, de multiples sessions de tests sur simulateur du nouveau système de contrôle de vol et du nouveau logiciel MCAS pour les pilotes d'American Airlines, Southwest et United.

A l'issue de ces tests destinés à les familiariser avec les modifications effectuées, les pilotes des trois compagnies ont fait part de leur satisfaction, avancent ces sources qui ont requis l'anonymat.

"Nos pilotes y ont pris part au côté de membres de l'APA", a confirmé à l'AFP, Ross Feinstein, un porte-parole d'American Airlines, sans davantage d'informations.

L'APA est le syndicat des pilotes de la compagnie américaine. Depuis l'accident le 10 mars d'un 737 MAX d'Ethiopian Airlines, l'organisation est montée au front en indiquant avoir appelé en novembre 2018, sans succès, à une modification de l'avion après un premier accident, celui de Lion Air du 29 octobre de la même année.

Confirmant que des pilotes et des cadres dirigeants avaient pris part à ces tests, Southwest a dit à l'AFP attendre de Boeing et de la FAA des "indications supplémentaires sur les prochaines étapes à suivre".

La formation des pilotes est une priorité pour certaines autorités de l'aviation civile, notamment le Canada et l'Union européenne.

Boeing n'a ni confirmé ni infirmé la tenue des tests, tandis qu'United n'a pas répondu dans l'immédiat.

American Airlines (24 appareils 737 MAX), Southwest (34 exemplaires) et United (14 unités) ont bousculé leurs programmes de vol en raison des déboires du MAX et sont en discussion avec Boeing pour des indemnisations.

Southwest a annulé tous les vols sur MAX jusqu'à début janvier, tandis qu'American et United espèrent compter sur cet avion pendant les périodes de fêtes de fin d'année.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.