Accéder au contenu principal

Agression à la préfecture de police: "consternation et effroi" au Conseil de Paris

Publicité

Paris (AFP)

Réuni à la mairie de Paris, le Conseil de Paris a appris avec "consternation et effroi" jeudi l'agression meurtrière survenue à la préfecture de police, située à quelques dizaines de mètres de l'Hôtel de Ville.

La maire PS Anne Hidalgo s'est immédiatement rendue sur place et la séance à l'assemblée a été suspendue pendant plus d'une heure. Avant la suspension, le premier adjoint Emmanuel Grégoire a souligné "l'amitié" et "l'affection" de la Ville "à la préfecture de police, à l'ensemble des victimes et à leurs familles".

"Paris pleure les siens cet après-midi après cette effroyable attaque", a écrit Mme Hidalgo sur Twitter.

Quatre policiers ont été tués à coups de couteau à l'intérieur de la préfecture de police, pour des motifs encore indéterminés, par un employé qui a été ensuite abattu par les forces de l'ordre.

"C'est avec consternation et effroi que nous avons appris les évènements qui se sont produits à quelques mètres de notre hémicycle", a souligné l'élue du MoDem, Maud Gatel, adressant "ses pensées" aux policiers, "partenaires (de la Ville) dans la sécurité des Parisiens".

Les présidents de groupes ont tour à tour pris la parole dans un hémicycle clairsemé, au troisième jour du Conseil de Paris, pour témoigner de leur sympathie à l'égard des policiers dirigés par le préfet de police, Didier Lallement, avec lequel les élus parisiens ont eu un vif échange mercredi.

Le maire (EELV) du IIe arrondissement, Jacques Boutault, a rappelé "la conviction, la volonté de Paris d'être une ville de paix, une ville qui rassemble, qui porte des valeurs de non-violence".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.