Accéder au contenu principal

Retour sur Terre du premier astronaute émirati

3 mn
Publicité

Almaty (Kazakhstan) (AFP)

L'Emirati Hazzaa Al Mansouri, entré dans l'Histoire en devenant le premier citoyen d'un pays arabe à séjourner dans la Station spatiale internationale (ISS), doit rentrer sur Terre jeudi après une mission de huit jours.

L'astronaute, devenu un héros dans son pays d'origine, doit atterrir vers 11H00 GMT dans les steppes du Kazakhstan en compagnie de l'Américain Nick Hague et du Russe Alexeï Ovtchinine, qui avaient survécu au décollage raté de leur fusée l'année dernière.

Alors que Hague et Ovtchinine termineront un séjour de 203 jours, Hazzaa Al Mansouri n'était à bord que depuis le 25 septembre. Les deux astronautes qui l'accompagnaient ce jour-là, le Russe Oleg Skripotchka et l'Américaine Jessica Meir, ne rentreront eux qu'au printemps prochain.

Bien que courte, la mission d'Hazzaa Al Mansouri a suscité une fierté immense aux Emirats arabes unis, nouveaux venus dans le domaine spatial, qui ont récemment annoncé le projet d'envoyer une sonde vers Mars d'ici 2021.

- Choisi parmi 4.022 candidats -

A 35 ans, Hazzaa Al Mansouri permet aux Emirats d'intégrer le petit club des pays arabes ayant envoyé un homme dans l'espace, devancés par l'Arabie saoudite en 1985 et la Syrie en 1987. Il est le premier ressortissant de ces pays à avoir visité l'ISS.

Sélectionné parmi 4.022 candidats, cet ancien pilote de chasse n'avait appris qu'en septembre 2018 qu'il ferait partie de l'aventure. A bord, il a enfilé une tenue traditionnelle émirati et participé à des expériences, notamment sur la perception du temps.

Lors d'un échange avec des écoliers émiratis, ce père de quatre enfants avait indiqué que passer un appel à sa mère serait sa priorité après son voyage retour vers la Terre, qui doit durer un peu plus de trois heures.

Lors de sa mission, l'astronaute émirati a également posté sur Twitter des photos vues depuis l'espace des Emirats et de la Mecque, le site le plus sacré de l'islam.

Jeudi, le retour de Nick Hague et d'Alexeï Ovtchinine sera également source d'une attention particulière. En octobre 2018, leur fusée Soyouz en partance pour l'ISS s'était désagrégée quelques minutes après le décollage, un accident inédit pour le programme spatial russe depuis la fin de l'URSS.

Après avoir été éjectés, les deux hommes s'en étaient été sortis indemnes.

En février, ils étaient repartis du cosmodrome russe de Baïkonour et s'étaient cette fois arrimés avec succès à l'ISS. Il s'agissait du premier séjour pour Nick Hague, et du deuxième pour Alexeï Ovtchinine.

La Station spatiale internationale est un rare exemple de coopération entre la Russie et les Etats-Unis dans un contexte de tensions sans précédent depuis la Guerre froide. 16 pays participent à l'ISS, qui a coûté au total 100 milliards de dollars, une somme payée en majeure partie par les États-Unis et par la Russie.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.