Accéder au contenu principal

Marche "citoyenne" d'opposants à Europacity, promoteurs et élus maintiennent le cap

Une opposante au mégacomplexe Europacity à Gonesse, près de Paris, le 19 mai 2019.
Une opposante au mégacomplexe Europacity à Gonesse, près de Paris, le 19 mai 2019. Alain Jocard, AFP

Une centaine d'opposants au mégacomplexe de commerces et loisirs Europacity ont entamé vendredi à Gonesse une "marche citoyenne" en direction de Matignon. Élus et promoteurs immobiliers, quant à eux, promettent des mesures "écologiques".

Publicité

Le bras de fer entre les pro et anti-Europacity se poursuit près de Paris. Vendredi 4 octobre, une centaine d'opposants au mégacomplexe de commerces et de loisirs ont pris à Gonesse le départ d'une "marche citoyenne", qui doit s'achever samedi devant Matignon, pour réclamer "l'abandon du projet".

Des centaines de boutiques, une salle de concert, des hôtels de luxe, un parc d'attractions : Europacity, plus gros investissement privé – plus de 3 milliards d'euros – en France depuis Disneyland Paris, entend s'implanter en 2027 au nord de la capitale, mais le projet divise.

Les opposants, parmi lesquels Clémentine Autain, députée La France insoumise de Seine-Saint-Denis, se sont retrouvés vendredi matin au Triangle de Gonesse, site agricole coincé entre les aéroports de Paris-Charles-de-Gaulle et du Bourget qui doit accueillir le projet. Ils espèrent être plus d'un millier à leur arrivée à Paris samedi.

"Nous demandons l'abandon immédiat d'Europacity avec le report du chantier de sa gare et l'organisation d'une concertation avec tous les acteurs du territoire", a déclaré Bernard Loup, le chef de file des opposants.

Le collectif d'opposants défend un projet alternatif, Coopération pour une ambition rurale et métropolitaine d'avenir (Carma), pour le maintien de la vocation agricole du Triangle de Gonesse et la création d'emplois tournés vers l'agriculture durable, l'alimentation, l'écoconstruction.

Ce contre-projet sera présenté samedi à Matignon.

"Pour l'emploi et pour le métro"

Sur leur trajet vendredi matin, les opposants ont croisé devant la mairie de Gonesse une cinquantaine de pro-Europacity, dont de nombreux élus de la ville, qui leur ont fait face, munis de banderoles. "Pour les légumes et le vélo", ont scandé les opposants, ce à quoi les soutiens au projet ont répondu : "Pour l'emploi et le métro".

"C'est un projet de développement du territoire, on a beaucoup de cités, on cherche des emplois", a expliqué Marc Anicet, adjoint au maire (PS) de Gonesse, Jean-Pierre Blazy.

"La plupart de ces gens (les opposants) ne vivent pas dans nos territoires. Ils vivent à Paris où il y a déjà des transports et viennent donner des leçons", a de son côté raillé Viviane Gris, responsable de la politique de la ville.

Et "les terres sont polluées de kérosène, elles sont sur les couloirs aériens, on n'est pas dans des terres bios", poursuit l'élue. "L'est du Val-d'Oise se paupérise, on veut améliorer la vie de nos jeunes qui soutiennent le projet."

Élus et promoteurs d'Europacity font bloc pour défendre ce projet controversé. Vendredi, ils ont annoncé des mesures "écologiques", alors que le gouvernement a entamé une vaste consultation sur le sujet.

"Nous serons un projet zéro carbone dès 2027", "nous devançons là les ambitions prônées par les accords de Paris pour 2050", a assuré Benoît Chang, directeur général de la société Alliages et territoires, lors d'une conférence de presse à Paris réunissant élus et acteurs économiques locaux.

Europacity vise aussi un objectif de "zéro artificialisation nette des terres" en compensant les 80 hectares de son périmètre par la "renaturation" d'autant d'espaces en Île-de-France, a-t-il ajouté.

Le projet, qui doit s'implanter sur des terres agricoles, aura également un volet "biodiversité" : 4 000 arbres seront plantés sur le site "à la naturalité faible" du fait de "décennies d'agriculture intensive", a souligné Benoît Chang.

Un rapport prochainement remis au Premier ministre

Cette série d'annonces intervient alors que la ministre de l'Environnement, Élisabeth Borne, a entamé une série de consultations avec les différents acteurs du projet : élus, promoteurs ou opposants. Elle prépare un rapport qu'elle doit présenter au Premier ministre prochainement.

"Alors qu'on pensait que tout était sur les rails (...) il semble qu'à l'Élysée le dossier soit à nouveau regardé, pour des raisons plus politiques que rationnelles", a déploré Jean-Pierre Blazy, le maire de Gonesse.

Porté par Ceetrus, foncière du groupe Auchan, et le conglomérat chinois Wanda, réunis dans la société Alliages et Territoires, Europacity est accusé par ses détracteurs de fragiliser le commerce de proximité et de détruire des champs à rebours des préoccupations environnementales.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.