Accéder au contenu principal

Euroligue: Villeurbanne commence par un exploit contre Olympiakos

Publicité

Villeurbanne (AFP)

Villeurbanne a réussi un exploit dès son retour dans l'Euroligue de basket en écrasant le grand club grec d'Olympiakos, 82 à 63, vendredi à l'Astroballe sous les yeux de son président Tony Parker.

Il y a trois ans qu'une équipe française n'avait pas joué la compétition-reine du Vieux continent. Pour l'ASVEL, cela faisait neuf ans.

Les champions de France font figure de Petit Poucet comparé aux cadors européens, et notamment à l'Olympiakos, triple champion d'Europe, la dernière fois en 2013, mais ils se sont lancés dans la compétition sans complexe.

Les Villeurbannais se sont appuyés sur l'adresse de leurs Américains David Lighty et Jordan Taylor et sur l'activité du nouveau pivot nigérian Tonye Jekiri, auteur d'un double-double. Mais c'est surtout leur pression défensive qui a fait la différence à partir du deuxième quart-temps. L'ASVEL a encaissé 24 points au premier quart-temps, puis seulement 13 par période en moyenne dans les trois suivantes.

"La défense, ça va être le maître-mot cette année. On a peut-être moins de talent que d'autres équipes d'Euroligue, mais on est costaud, il faut se battre avec nos armes. Quand on joue les uns pour les autres, on peut faire de grandes choses", a commenté le meneur Antoine Diot, l'une des recrues de l'été. "C'est génial, mais il faut garder la tête sur les épaules. Ça va être un marathon et pas un sprint. A nous de continuer comme ça".

L'équipe du Pirée n'a certes plus le standing qu'elle avait il y a quelques années, mais elle reste armée pour jouer dans le haut du tableau avec des joueurs comme les Grecs Vassilis Spanoulis et Georgios Printezis. Vendredi, elle a été complètement étouffée.

Les joueurs du Pirée ont peut-être payé leur manque de compétition, eux qui ne jouent que l'Euroligue, ayant été rétrogradés en D2 hellène (où ils jouent avec une équipe bis) pour avoir refusé d'affronter leur grand ennemi, le Panathinaïkos, la saison dernière. Les Villeurbannais se sont eux rodés en remportant leurs deux premiers matches en Championnat de France.

C'est justement le club athénien qui sera le prochain adversaire de l'ASVEL, jeudi prochain, de nouveau à l'Astroballe.

Villeurbanne, dont Tony Parker est devenu l'actionnaire majoritaire et président en 2014 avec l'ambition d'en faire un grand d'Europe, a obtenu un ticket de deux ans en Euroligue. La prochaine étape sera de devenir invité permanent de cette ligue semi-fermée.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.