Accéder au contenu principal

Les Kosovars élisent leurs députés, un scrutin à l’issue très incertaine

Un électeur glisse son bulletin dans l'urne dans un bureau de vote à Pristina, le 6 octobre 2019.
Un électeur glisse son bulletin dans l'urne dans un bureau de vote à Pristina, le 6 octobre 2019. Florion Goga, Reuters

Les Kosovars sont appelés aux urnes, dimanche, dans le cadre de législatives anticipées, alors que la société est minée par une économie sinistrée et les tensions avec la Serbie voisine, onze ans après l'indépendance du pays.

Publicité

Le Kosovo doit élire ses députés, dimanche 6 octobre, alors que la population semble usé par la pauvreté, la corruption, le clientélisme, des infrastructures et des services publics désastreux.

Sans compter que vingt ans après la dernière des guerres ayant conduit à la désintégration de la Yougoslavie (1998-99, 13 000 morts), la Serbie ne reconnaît pas l'indépendance proclamée en 2008 par son ancienne province majoritairement peuplée d'Albanais. Le veto de la Russie et de la Chine lui barre toute perspective de devenir membre de l'ONU.

Ponctuées de poussées de fièvre, les relations exécrables entre Belgrade et Pristina sont un obstacle majeur à leur rapprochement avec l'Union européenne, avec qui la Serbie négocie son adhésion.

Pour une grande partie du 1,8 million de Kosovars, la priorité n'est pourtant plus là : "J'en ai ras-le-bol de cette histoire de dialogue", lâche Salih Mehana, un commerçant de 39 ans, résumant l'état d'esprit de la population. Le mécontentement général pourrait être fatal aux "partis de la guerre", dirigés par les anciens commandants de la guérilla indépendantiste, aux commandes du Kosovo depuis la déclaration d'indépendance.

La relève ?

En 2018, ils avaient tu leurs divergences pour garder de justesse le pouvoir. Cette fois, le PDK (Parti démocratique du Kosovo) du président Hashim Thaçi et l'AAK (Alliance pour l'avenir du Kosovo) du Premier ministre sortant Ramush Haradinaj, sont divisés. Ce dernier avait démissionné le 19 juillet après avoir été convoqué à La Haye en tant que suspect par le tribunal spécial sur les crimes de guerre commis pendant le conflit au Kosovo, et provoqué ces législatives anticipées.

Si aucun sondage fiable n'est publié, une coalition du centre droit (LDK, Ligue démocratique du Kosovo) et de la gauche nationaliste (Vetevendosje, Autodétermination) pourrait être en mesure de les chasser du pouvoir, estiment les analystes.

Leurs chefs de file, Vjosa Osmani, qui veut devenir la première femme à diriger le Kosovo, et Albin Kurti, l'ancien leader étudiant emprisonné par les Serbes, ont pour principal point commun leur hostilité aux "commandants". Cela pourrait suffire à les convaincre de s'unir.

Mais quelles que soient la prochaine équipe dirigeante et les priorités des Kosovars, "la question du dialogue sera déterminante dans la formation du prochain gouvernement" car "la communauté internationale ne donnera pas son aval à un gouvernement qui n'en ferait pas une priorité", explique le professeur de Sciences politiques Nexhmedin Spahiu.

Dans un communiqué commun, Américains et Européens ont livré leur feuille de route : "reprendre de manière urgente les discussions avec la Serbie". Les Occidentaux avaient condamné la décision de Ramush Haradinaj d'imposer des droits de douane de 100 % sur les importations de Serbie. Leur levée est une condition de Belgrade à la reprise de pourparlers à l'arrêt depuis près de deux ans. 

Les droits de douane de la discorde

À l'exception de Ramush Haradinaj, qui espère récolter les fruits de son intransigeance, les principaux candidats semblent prêts à renoncer à cette barrière douanière qui relève de "l'amateurisme émotionnel", selon le chef de file de la liste PDK, Kadri Veseli. Il calquera sa position sur "celle des États-Unis", qui viennent de désigner un envoyé spécial, Richard Garrell.

Vjosa Osmani comme Albin Kurti disent aussi vouloir reprendre le dialogue, le second s'employant à gommer son image d'intransigeance.

"Le sort des droits de douane est scellé", "leur suspension sera l'une des premières décisions du nouveau gouvernement", prédit l'analyste Nexhmedin Spahiu.

Un des sujets les plus sensibles sera celui de l'organisation institutionnelle des secteurs où vivent les Serbes du Kosovo. Ils seraient 40 000 dans le nord et 80 000 dans une dizaine d'enclaves, et vont désigner dix députés.

Pristina leur a imposé pour la première fois la présentation de documents kosovars. L'entrée du territoire a également été interdite aux responsables de Serbie pour la campagne.

Le président Aleksandar Vucic a appelé à voter Srpska Lista, force politique dominante chez les Serbes du Kosovo et émanation de son parti. Les opposants à la Srpska Lista dénoncent une atmosphère d'intimidation.

Avec AFP

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.