Accéder au contenu principal

GP de F1 du Japon: "tout va bien chez Ferrari" après les tensions en Russie

Publicité

Suzuka (Japon) (AFP)

Circulez, il n'y a rien à voir: après les tensions du Grand Prix de Russie, Charles Leclerc et Sebastian Vettel ont joué l'apaisement devant les médias jeudi, à la veille des premiers essais libres du GP du Japon.

"Il y a eu une incompréhension dans la voiture, a expliqué le Monégasque lors d'une première conférence de presse. De l'extérieur, ça avait l'air énorme mais ça n'était pas le cas. Tout va bien maintenant."

Et de poursuivre: "Depuis le début de la saison, il est clair qu'il faut suivre les consignes d'équipe. Ce qui est clair, c'est que la situation ne l'était pas pour les pilotes au départ. Il faut faire en sorte que ce soit clair dans le futur."

"Nous en avons parlé plusieurs fois (avec l'encadrement de Ferrari). Je pense que les choses sont assez claires maintenant. Et c'était il y a deux semaines, nous regardons désormais devant nous", a pour sa part balayé Vettel lors d'un second point presse.

"Il y a aura toujours une certaine concurrence entre les pilotes mais la priorité est de travailler ensemble en équipe", a-t-il ajouté, faisant écho aux propos de son équipier.

"Seb veut me battre et je veux le battre, mais la priorité est toujours de faire le bien de l'équipe et c'est ce que nous faisons tous", avait affirmé Leclerc un peu plus tôt.

Au départ à Sotchi, le Monégasque avait offert une aspiration à l'Allemand, troisième sur la grille, pour lui permettre de dépasser le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), intercalé entre eux.

Ce faisant, l'Allemand avait également doublé son équipier, puis rechigné à lui rendre la position de leader, comme il était pourtant convenu, occasionnant une joute par radios interposées.

La situation était finalement revenue à la normale suite aux arrêts aux stands, avant que l'Allemand n'abandonne à cause d'un problème de moteur.

Hamilton s'était finalement imposé devant son équipier finlandais Valtteri Bottas et Leclerc.

Malgré l'arrivée du typhon Hagibis, qui a entrainé l'annulation des matches Angleterre-France et Nouvelle-Zélande Italie lors de la Coupe du monde de rugby, le GP du Japon reste maintenu, même si les organisateurs surveillent de près l'évolution de la situation.

C'est la journée de samedi, au cours de laquelle doivent se tenir la troisième séance d'essais libres et les qualifications, qui est la plus susceptible d'être perturbée.

Les autorités locales et le directeur de course Michael Masi ont le dernier mot sur un éventuel changement de programme, a priori annoncé vendredi en fin de journée, précise la FIA.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.