Accéder au contenu principal
AFRIQUE DU SUD

Afrique du Sud : l'ex-président Jacob Zuma va être jugé pour corruption

Jacob Zuma lors de l'annonce de sa démission de la présidence de l'Afrique du Sud, à Pretoria, le 14 février 2018.
Jacob Zuma lors de l'annonce de sa démission de la présidence de l'Afrique du Sud, à Pretoria, le 14 février 2018. Siphiwe Sibeko, archives Reuters
3 mn

La justice sud-africaine a ordonné vendredi que l'ex-président Zuma soit jugé pour corruption. Il est soupçonné d'avoir reçu des pots-de-vin du groupe de défense français Thales à la faveur d'un contrat d'armement conclu en 1999.

Publicité

Il aura bien affaire à la justice. L'ancien président sud-africain Jacob Zuma sera jugé pour corruption dans une vieille affaire d'armement impliquant le groupe français Thales, après le refus unanime vendredi d'un tribunal sud-africain d'abandonner les poursuites visant l'ex-chef de l'État.

"La demande […] d'abandonner les poursuites a été rejetée", a déclaré le juge Willie Seriti de la Haute Cour de Pietermaritzburg (est).

"Il s'agit d'une décision unanime", a-t-il précisé.

En conséquence, le procès de l'ancien président débutera mardi à Pietermaritzburg.

Jacob Zuma, au pouvoir de 2009 à 2018, avait demandé l'abandon des poursuites, s'estimant victime d'une "chasse aux sorcières", lancée il y a vingt ans dans une rocambolesque affaire de ventes d'armes.

"Très lourd dossier"

Mais le parquet sud-africain avait défendu leur maintien, compte tenu du "très lourd dossier" retenu contre lui et au nom de "l'égalité" devant la loi.

"La demande du parquet […] est acceptée", a déclaré vendredi le juge Seriti.

L'ancien chef de l'État est soupçonné d'avoir touché 4 millions de rands (245 000 euros au cours actuel) de pots-de-vin du groupe de défense Thales à la faveur d'un contrat d'armement de près de 4 milliards d'euros conclu en 1999.

Selon l'accusation, il a été rémunéré pour éviter à Thales des poursuites pour corruption, via son ami et conseiller financier Schabir Shaik, condamné pour sa participation à cette affaire à quinze ans de prison dès 2005.

Jacob Zuma et Thales ont toujours nié les allégations.

Englué dans de nombreux scandales, le président Zuma a été poussé à la démission en 2018 et remplacé par son vice-président Cyril Ramaphosa, qui a promis de nettoyer son parti et le pays de la corruption.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.