Accéder au contenu principal
Reporters

Bolivie, les années Evo

Au palais présidentiel, Evo Morales reçoit les lettres de créances du nouvel ambassadeur du Royaume-Uni, le 3 juillet 2019 à la Paz. Crédit photo : David Gormezano.

En dépit du refus exprimé par ses concitoyens lors d'un référendum en 2016, le président bolivien Evo Morales est en piste pour réaliser un quatrième mandat à la tête son pays. Demi-dieu pour les uns, tyran pour les autres, ce reportage à travers la Bolivie fait un bilan des années Evo.

Publicité

Evo Morales se présente une nouvelle fois devant les électeurs de Bolivie ce 20 octobre 2019. Dans ce petit pays andin de 11 millions d'habitants, l'élection en 2005 d'un indigène se revendiquant du socialisme révolutionnaire avait suscité bien des craintes et des espoirs.

Treize ans plus tard, Evo Morales se représente pour un quatrième mandat en défendant un bilan économique plutôt flatteur : un PIB multiplié par trois et un taux de pauvreté divisé par deux.

{{ scope.counterText }}
{{ scope.legend }}© {{ scope.credits }}
{{ scope.counterText }}

{{ scope.legend }}

© {{ scope.credits }}

Son discours n'a guère varié au fil des années : anti-impérialisme et défense de la "Terre-mère", lutte contre la pauvreté et défense des droits des indigènes. Et pourtant, sa pratique du pouvoir aura finalement été très pragmatique, profitant de la nationalisation des hydrocarbures pour engager d'importantes réformes sociales et une politique de grands travaux. Premier président "indien" de Bolivie, il reste populaire, même si ses soutiens de la première heure estiment qu'il a trahi ses engagements.

Evo Morales est un personnage complexe. Pour certains, c'est un autocrate, comme en témoigne son passage en force pour concourir à un nouveau mandat. Pour d'autres, c'est le grand réformateur d'un pays marqué par la dictature militaire et les discriminations vis-à-vis de la majorité indigène.

Enfin, après la disparition de Fidel Castro et d'Hugo Chavez, l'incarcération de Lula, la fin des présidences Kirchner en Argentine et Correa en Équateur, il est le dernier héros de la gauche latino-américaine qui avait accédé au pouvoir dans les années 2000.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.