Accéder au contenu principal

Charles de Gaulle avait-il prophétisé le Brexit ?

Le général Charles de Gaulle et sa femme Yvonne lors d'une visite à Londres, le 6 avril 1960.
Le général Charles de Gaulle et sa femme Yvonne lors d'une visite à Londres, le 6 avril 1960. Centra Press, AFP

À quelques jours d'une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, France 24 vous propose un retour dans le passé. En 1963, Charles de Gaulle s'opposait à l'entrée des Britanniques dans le marché commun. Pour certains, il avait vu juste.

Publicité

Les célèbres conférences de presse de Charles de Gaulle sont restées dans l’Histoire. L’une d’entre elles résonne tout particulièrement près de cinquante ans après son décès. Le 14 janvier 1963, alors président de la République, le général est interrogé sur la demande d’adhésion de la Grande-Bretagne au marché commun. L’homme du 18-Juin oppose une fin de non-recevoir à l’entrée des Britanniques au sein de l’Europe des Six. Alors que le Royaume-Uni pourrait sortir de l’Union européenne le 31 octobre prochain, certains perçoivent dans cette opposition un discours prophétique.

Aux journalistes présents dans la salle, Charles de Gaulle dépeint en effet une Grande-Bretagne qui déjà veut imposer "ses propres conditions"."Cela pose sans aucun doute à chacun des six Etats et ça pose à l'Angleterre des problèmes d'une très grande dimension", insiste-t-il. Selon lui, le caractère "insulaire" de son voisin outre-Manche détermine une "structure" qui diffère "profondément de celle des continentaux". "Elle est maritime. Elle est liée par ses échanges, ses marchés, ses ravitaillements aux pays les plus divers, et souvent les plus lointains. Elle exerce une activité essentiellement industrielle et commerciale, et très peu agricole. Elle a dans tout son travail des habitudes et des traditions très marquées, très originales", résume Charles de Gaulle.

"Une déclaration typiquement gaullienne"

Pour l’historien britannique Jonathan Fenby, auteur d’une biographie sur l’ancien président français "The General: Charles De Gaulle and the France He Saved", il s’agit d’une "déclaration typiquement gaullienne qui ne laisse aucune ouverture au compromis". Mais au-delà d’une simple incompatibilité terrestre et maritime entre l’Angleterre et ses voisins, ce spécialiste de De Gaulle y voit surtout une crainte à l'époque de la part de l'ancien chef d'État d’un affaiblissement de la France au sein des Six. "Il était déterminé à ce que la France ait le rôle dirigeant dans le marché commun et son évolution. Il faut se rappeler que son gouvernement était en train de réaliser un très large programme de réforme économique et que, personnellement, il avait entrepris les démarches pour établir le partenariat avec l'Allemagne dans lequel il voyait la France dans le rôle principal. Il ne voulait pas que cette vision soit déstabilisée par la Grande-Bretagne et par une possible entente entre Londres et l'Allemagne et d'autres pays", résume-t-il.

Jonathan Fenby souligne aussi un autre argument. De Gaulle manifestait son opposition à cette adhésion de peur que le Royaume-Uni agisse comme un cheval de Troie des États-Unis : "Pour lui, l'indépendance de l'Europe envers les Etats-Unis était primordiale et il n'oublia jamais les liens qui unissaient Londres et Washington et qui, d'après lui, avaient agi contre les intérêts de la France pendant la Seconde Guerre mondiale. Les accords nucléaires agréés par le Premier Ministre Harold Macmillan avec les États-Unis à cette époque ont renforcé ses suspicions".

Des époques non comparables

Quatre ans plus tard, en 1967, Charles de Gaulle continuait de dire non à la Grande-Bretagne en posant un veto à une nouvelle adhésion et en allant même jusqu’à dire : "Faire entrer l’Angleterre, ce serait pour les Six donner d’avance leur consentement à tous les artifices, délais et faux-semblants, qui tendraient à dissimuler la destruction d’un édifice qui a été bâti au prix de tant de peine et au milieu de tant d’espoir".

Plus de cinq décennies plus tard, certains veulent voir dans ces propos une vision prémonitoire, notamment chez les partisans d’une sortie de l’UE. Mais pour Jonathan Fenby, il serait simpliste de comparer les deux époques : "L'Union européenne a beaucoup évolué depuis les années 1960 et il serait inexact d'imposer les vues du général sur la communauté actuelle des 27. Il convient également d'ajouter que le camp pro-Brexit a toujours refusé de reconnaître l'évolution de l'Union européenne et les possibilités qu'elle ouvre pour la Grande-Bretagne".

L’historien s’amuse toutefois à imaginer ce qu’aurait pu penser Charles de Gaulle de la crise qui secoue actuellement l’Europe : "Pour employer un terme qu'il a utilisé quelques années plus tard, il aurait qualifié la situation outre-manche de 'chienlit' et aurait recommandé aux 27 de continuer leur travail sans trop se soucier de ce membre récalcitrant et, selon lui, de son caractère non européen".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.