Accéder au contenu principal

Népal-Chine: Xi à Katmandou pour discuter d'infrastructures

3 mn
Publicité

Katmandou (AFP)

Le président chinois Xi Jinping est arrivé samedi au Népal pour une visite lors de laquelle devraient être discutés des projets d'infrastructures liés au grand programme régional chinois des "Nouvelles routes de la soie".

Alors que l'Inde - où M. Xi vient d'avoir deux jours de discussions - est traditionnellement le principal allié du Népal, la Chine a intensifié dernièrement sa présence dans ce pays pauvre de l'Himalaya, injectant des millions de dollars dans des projets allant de la construction de routes à l'édification de centrales hydroélectriques.

Le ministre népalais des Affaires étrangères, Pradeep Gyawali, a déclaré que la venue de M. Xi avait "une importance historique" pour le Népal.

C'est la première fois en 23 ans qu'un dirigeant chinois effectue une visite d'Etat au Népal.

"Notre priorité est de créer des opportunités pour le Népal, conjointement au développement chinois. Nous nous concentrons sur la connectivité entre les deux pays", a souligné M. Gyawali.

Dans des propos rapportés dimanche par l'agence de presse officielle chinoise Chine nouvelle, M. Xi a déclaré qu'il souhaitait "renforcer les relations Chine-Népal, accroître la connectivité entre les deux pays et générer davantage de bénéfices" pour les deux peuples.

Dans un article signé de lui et paru vendredi dans la presse népalaise, M. Xi déclarait qu'il oeuvrerait lors de sa visite à "renouveler l'amitié et explorer la coopération avec mes amis népalais".

Pendant sa visite de deux jours, le président chinois doit s'entretenir avec le Premier ministre K.P. Sharma Oli, la présidente Bidhya Devi Bhandari et d'autres responsables.

Le Népal a adhéré en 2017 à l'initiative des "Nouvelles routes de la soie".

Bien qu'il n'y ait pas eu d'annonce officielle, on s'attend à ce que les deux pays signent lors de cette visite des accords pour des investissements chinois dans des projets d'autoroutes, de tunnels et d'installations hydroélectriques.

Selon l'International Campaign for Tibet (ICT), une ONG qui a son siège à Washington, au moins 18 Tibétains ont été arrêtés dans les jours précédant avant l'arrivée de M. Xi à Katmandou. Quatorze d'entre eux étaient toujours en détention samedi, selon l'ONG.

Environ 20.000 exilés tibétains résident au Népal. En 1959, la Chine a envoyé son armée au Tibet pour y réprimer une révolte contre le pouvoir chinois.

"Il y a une forte présence policière", a déclaré à l'AFP un Tibétain sous le couvert de l'anonymat. "On nous a demandé de rester chez nous".

Les autorités népalaises n'ont pas voulu commenter ces informations.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.