Accéder au contenu principal

Le typhon Hagibis ravage le Japon, au moins 26 morts

Des hommes observent le fleuve Isuzu qui a débordé après les fortes pluies causées par le typhon Hagibis à Ise, au Japon, le 12 octobre 2019.
Des hommes observent le fleuve Isuzu qui a débordé après les fortes pluies causées par le typhon Hagibis à Ise, au Japon, le 12 octobre 2019. Kyodo, via Reuters

Le typhon Hagibis qui a frappé le Japon dans la nuit de samedi à dimanche, a provoqué la mort d’au moins 26 personnes. Plus d'une centaine de blessés et au moins une dizaine de disparus sont aussi à déplorer, selon les médias japonais.

Publicité

C’est l’un des plus puissants typhons que le Japon a connu. Hagibis, qui a traversé l'est et le centre du Japon dans la nuit du samedi 12 à dimanche 13 octobre, a tué au moins 26 personnes et fait plus de 18 disparus, selon un bilan dimanche soir de la chaîne publique NHK et l'agence de presse Kyodo. Le dernier bilan officiel du gouvernement faisait lui état de 14 morts, 11 disparus et 187 blessés.

Les soldats japonais s'activaient, dimanche, pour porter secours aux habitants piégés par les nombreuses inondations : maisons submergées, glissements de terrain, cours d'eau en furie... La tempête chargée de pluies d'une intensité "sans précédent" a semé la désolation.

Des habitants ont été ensevelis dans des glissements de terrain ou noyés dans leurs habitations ou dans des véhicules emportés par les eaux, parmi lesquels un enfant dont le corps a été retrouvé dans une rivière, à l'intérieur ou près d'une voiture.

Des hélicoptères, des bateaux et 31 000 soldats ont été déployés dans tout le Japon pour secourir les personnes bloquées dans des maisons inondées.

Des habitants pris au piège

D'importantes inondations étaient signalées dans la région centrale de Nagano, où une digue a lâché, déversant les eaux de la rivière Chikuma sur une zone résidentielle dont les habitations ont été inondées jusqu'au premier étage.

Perchés sur leurs balcons, des habitants en détresse agitaient des serviettes à destination des hélicoptères de la chaîne de télévision publique NHK et des Forces japonaises d'autodéfense.

Quelque 7,3 millions de Japonais avaient reçu des consignes d'évacuation samedi après des précipitations record. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont suivi ces consignes, non obligatoires. Elles étaient accueillies dans des gymnases ou salles polyvalentes avec de la nourriture d'urgence, de l'eau et des couvertures.

Hagibis avait touché terre samedi peu avant 19h (10h GMT) et atteint la capitale japonaise vers 21h, accompagné de rafales de vent allant jusqu'à près de 200 km/h, selon l'Agence météo japonaise (JMA).

Dès samedi matin, les intempéries avaient fait un mort dans la région de Chiba (banlieue est de Tokyo), un homme retrouvé dans une camionnette renversée, selon les pompiers.

Au moins 18 personnes portées disparues

Le bilan s'est ensuite alourdi au passage du centre de la tempête qui a fauché des vies dans la région de Tokyo, du centre et du nord-est du pays.

D'après NHK et l'agence de presse Kyodo News, 18 autres personnes étaient portées disparues, dimanche. Selon le gouvernement, 187 personnes ont été blessées.

Le Premier ministre, Shinzo Abe, a organisé une réunion d'urgence avec certains ministres et déclaré que le gouvernement œuvrait pour préserver les vies et les biens de la population. "Le gouvernement va faire tout ce qui est en son pouvoir (...) pour rétablir les services au plus vite", a-t-il dit.

Le Mondial de rugby et le Grand Prix de Formule 1 chamboulés

La tempête a aussi bouleversé l'organisation de deux compétitions sportives organisées au Japon : les qualifications du Grand Prix de Formule 1 de Suzuka ont été reportées à dimanche matin, tandis que deux matchs du Mondial de rugby qui devaient se tenir samedi – Angleterre-France et Nouvelle-Zélande-Italie – ont été annulés dès jeudi.

Les responsables du Mondial ont annoncé dimanche l'annulation d'un troisième match, Namibie-Canada, prévu à Kamaishi (Nord).

La rencontre entre l'Écosse et le Japon, dimanche, longtemps menacée, a finalement été maintenue.

Le typhon a par ailleurs paralysé les transports dans la grande région de Tokyo, en ce week-end prolongé par un lundi férié : les liaisons ferroviaires reprenaient dimanche et les vols desservant Tokyo étaient en partie seulement rétablies.

Le Japon est frappé par une vingtaine de typhons chaque année. Avant Hagibis, Faxai avait tué au moins deux personnes début septembre et provoqué d'importants dégâts à Chiba.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.