Accéder au contenu principal

Neuf dirigeants catalans condamnés à des peines de prison par la Cour suprême espagnole

Manifestation en soutien aux dirigeants catalans en février 2019, à Barcelone.
Manifestation en soutien aux dirigeants catalans en février 2019, à Barcelone. Albert Gea, Reuters

Neuf indépendantistes catalans ont été condamnés lundi à des peines allant de 9 à 13 ans de prison pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017. L'ex-président catalan Carles Puigdemont a dénoncé une "aberration".

Publicité

La Cour suprême espagnole a condamné lundi 14 octobre neuf des douze catalans jugés pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017 à des peines allant de 9 à 13 ans de prison pour sédition et détournement de fonds publics.

Ces peines sont nettement inférieures à celles réclamées par le parquet qui avait requis jusqu'à 25 ans de prison dans le cas de l'ancien vice-président régional Oriol Junqueras. La haute cour n'a pas retenu le chef de "rébellion", considéré comme un crime contre la Constitution et qui est passible de peines plus lourdes (jusqu'à 25 ans de prison).

Outre le chef de sédition, quatre des condamnés le sont aussi pour "détournement de fonds publics". Trois des douze dirigeants jugés dans ce procès historique ont été condamnés pour "désobéissance civile", aucune peine de prison n'a été prononcée à leur encontre.

L'ex-président catalan Carles Puigdemont a dénoncé lundi une "aberration" après la condamnation des indépendantistes catalans, estimant qu'il était "temps de réagir".

"100 ans de prison en tout. Une aberration. Maintenant plus que jamais, à vos côtés et à ceux de vos familles. Il est temps de réagir comme jamais auparavant. Pour l'avenir de nos fils et de nos filles. Pour la démocratie. Pour l'Europe. Pour la Catalogne", a écrit le responsable indépendantiste qui vit en Belgique après la tentative ratée de sécession en 2017.

Le président du Parlement catalan, Roger Torrent, lui a fait écho : "Aujourd'hui, nous sommes tous condamnés. Cette sentence est une attaque contre la démocratie et les droits de tous les citoyens", a-t-il déclaré.

Des groupes séparatistes, qui réclamaient l'acquittement des douze dirigeants, ont appelé à de vastes actions de désobéissance civile.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.