Accéder au contenu principal
INTERVIEW

Sommet africain sur le climat : "Au Tchad, on enregistre déjà 48°C à l’ombre"

Dans la région du Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, le long du fleuve Ngadda, près du lac Tchad, le 6 décembre 2016.
Dans la région du Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, le long du fleuve Ngadda, près du lac Tchad, le 6 décembre 2016. Stefan Heunis, AFP

Le sommet "Climate Chance" africain s'ouvre mercredi à Accra, au Ghana. Hindou Oumarou Ibrahim, coordinatrice d'une association de femmes peules au Tchad, dresse les enjeux de ce rassemblement visant à lutter contre le réchauffement climatique.

Publicité

Le sommet africain sur le Climat qui s’ouvre mercredi 18 octobre à Accra, au Ghana, est l’occasion pour des organisations non-gouvernementales intervenant sur le continent africain de se réunir pour mettre en lumière l'engagement du continent dans la lutte contre le réchauffement climatique. L’heure est au bilan, après le sommet international des chefs d’État sur le cIimat qui s’est réuni à New York, en septembre. L’heure est aussi aux actions communes pour faire bouger les lignes des politiques et du secteur privé.

Parmi les initiateurs de ce sommet africain : Hindou Oumarou Ibrahim, coordinatrice de l’Association des femmes peules autochtones du Tchad (Afpat).

Comment s’est créé ce réseau "Climate Chance" ?

C’était lors d’une convention des Nations unies sur le climat. J’avais rejoint un groupe de travail pour donner le point de vue des peuples autochtones. Ce groupe cherchait à impliquer davantage de femmes, de jeunes, parce que nous avons des solutions à apporter, basées sur notre connaissance et notre expérience. C’était le premier pas vers une coordination inter-ONG, hors des États. Et chaque année depuis 2015, des conférences s’organisent, des personnes nous rejoignent. On a fini par créer un réseau d’ONG nommé "Climate Chance". 

Que se passe-t-il dans ce type de sommet ?

Je peux rencontrer une organisation qui est complémentaire à la mienne, échanger des expériences, des contacts, cela maximise nos impacts. Nous cherchons à coordonner un message commun, qui interpelle non seulement les gouvernements mais aussi le secteur privé. Ils sont responsables des émissions de CO2 et de nos malheurs ! Surtout dans le Sahel. Si on est beaucoup, on peut faire passer le message : il n’y a pas de business durable sans un environnement durable.

Bien sûr, nous n’avons pas la force de contraindre les gouvernements ou le secteur privé, mais nous pouvons porter la voix des peuples, faire pression. Nous sommes au courant des législations au niveau international, national et régional. Nous rappelons à nos gouvernements que les décisions qu’ils prennent ont des conséquences sur les peuples. Or avec nos moyens de la société civile, nous pouvons changer les vies des communautés, les gouvernements africains sont en mesure de faire bien davantage !

Comment faire bouger un gouvernement comme celui du Tchad ?

Le niveau international est très important. Prenez l’accord de Paris, signé par tous les pays du lac Tchad : Cameroun, Niger, Nigeria et Tchad et même la Centrafrique. La difficulté est maintenant d’obtenir sa transcription dans le droit national. Les engagements politiques ne sont pas assez forts. Ou si les gouvernements commencent à bouger, les financements finissent dans des ateliers et des conférences dans les capitales. Or on a besoin de vraies actions au niveau local, maintenant.

On dit qu’on a 10 ans pour inverser la trajectoire de 1,5 degré. Cette trajectoire a déjà été dépassée chez nous. Au Tchad, on prévoit une augmentation de 4 à 5 degrés ! Or déjà, en saison sèche, on enregistre 48 degrés à l’ombre. C’est déjà invivable, ça le sera d’autant plus. D’où l’importance de prendre des actions sur le terrain maintenant. Les communautés doivent faire valoir leur dignité et leurs droits, pour la restauration de leurs terres.

Sur le terrain, quelles sont les préoccupations ?

Le changement climatique a des conséquences directes sur les ressources naturelles : l’eau, le pâturage et la terre. Les saisons sont en train de changer. Cette saison de pluie est particulièrement imprévisible. Elle devrait être finie, or il a plu hier, et une pluie trop tardive peut inonder les terrains et endommager les récoltes, d’autant qu’elle est suivie ensuite par une grande sécheresse. Nous subissons des pertes de revenu agricole et de l’insécurité alimentaire. Prenez le lac Tchad : les eaux se sont réduites de 90 % en 40 ans. Quand l’eau se retire, les communautés se battent pour accéder aux terres humides et fertiles. Il faut atténuer les conflits.

Dans une crise perpétuelle, climatique, comme autour du lac Tchad, le rôle du gouvernement est primordial. Non seulement le gouvernement du Tchad, mais ceux de tous les pays limitrophes du lac. La vulnérabilité des communautés s’est accentuée, les conflits continuent et des groupes armés sèment la terreur. Dans ma communauté, on est transhumants et transfrontaliers en fonction des saisons, on peut traverser les frontières pour s’installer au Niger, au Nigeria, au Cameroun, et on revient au Tchad. Maintenant, les gens ne peuvent plus traverser au Nigeria ! Et pas même au Cameroun. La Centrafrique, c’est pareil. On reste entre le Niger et le Tchad. Pendant la saison sèche, le bétail broute habituellement dans les petits îlots, maintenant on ne peut plus traverser pour s’y rendre, on redoute les groupes armés. Alors tout le monde reste du côté du Tchad, ce qui fait que les ressources sont insuffisantes et les conflits sont accentués entre les communautés.

Mais il ne faut pas seulement prendre des mesures sécuritaires et militaires au niveau du G7 Sahel ! Ce n’est pas une kalachnikov qui va remplir le ventre des gens et répartir les ressources naturelles. Il faut écouter les communautés et leurs besoins. Or le problème aujourd’hui est la législation tchadienne sur la répartition des terres. L’accès au foncier est très difficile pour des individus qui ne peuvent pas acheter des terres parce qu’ils ne sont pas assez riches. Des militaires accaparent les terres autour du lac : les généraux, les colonels, les ministres peuvent acheter des terres qui devraient revenir aux communautés. La décision politique devrait redonner aux communautés leur droit sur les terres, pour assurer leur survie.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.