Accéder au contenu principal
Dans la presse

Malaise des enseignants en France : "Quand les profs n'en peuvent plus"

France 24

Dans la presse, mercredi 16 octobre, le retour, en France, de la polémique sur le port du voile. Le malaise des enseignants et des directeurs d’établissements français. Une polémique provoquée par la star américaine du basket LeBron James. Et une marmotte épouvantée.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan.

Dans la presse mercredi, le retour, en France, de la polémique sur le port du voile, après la diffusion, ce week-end, d’une vidéo montrant un élu du Rassemblement national prenant à partie une mère voilée lors d’une sortie scolaire.

Trente ans après l’affaire des collégiennes de Creil, qui avait soulevé les passions à l’époque, la question "divise toujours" l’opinion, selon Le Parisien, qui relève que le débat agite et divise aussi le gouvernement. D’où le dessin de Ranson, qui montre le Premier ministre Édouard Philippe étalé à terre, après s’être pris les pieds dans la polémique sur le foulard. D’après L’Opinion, la majorité cherche à "garder la tête froide pour éviter toute stigmatisation des musulmans", sans parvenir échapper à cette énième polémique, agitée par le Rassemblement national, accusé par le dessinateur Kak d’utiliser le foulard comme un chiffon rouge pour provoquer les esprits. Cette nouvelle affaire offre en tout cas l’occasion au Figaro de répéter son opposition au port du voile. Le journal présente non pas comme "un effet de style vestimentaire, ou le respect d’une tradition", mais comme "un acte militant, politique, et prosélyte, destiné à remettre en question le mode de vie, les lois et la société" française. Pour L’Humanité, cette nouvelle polémique, "au-delà de la méprisable sortie d’un élu du Rassemblement national, qui a fait le buzz qu’il souhaitait, est surtout le reflet d’une profonde crise politique et morale" en France, où " les idées d’extrême droite (se seraient) banalisées à un niveau sans précédent depuis des décennies". Un discours repris par le gouvernement, selon L’Huma, qui accuse le pouvoir de s’être lancé dans une "opération de diversion", "faute de répondre aux questions sociales, à celles des inégalités, des services publics, et des retraites".

Au premier rang des questions auxquelles le gouvernement tarderait à répondre, il y a le malaise des enseignants, selon Libération. Des enseignants, mais aussi des chefs d’établissement, qui se disent "submergés par le volume de travail croissant, accablés par le manque de moyens", et même "broyés par une école qu’ils portent pourtant à bout de bras". Le suicide, il y a près d’un mois, de Christine Renon, une directrice d’école en banlieue parisienne, a non seulement provoqué l’émotion de ses collègues, mais aussi mis en lumière leur propre sentiment d’impuissance, de frustration, de manque de reconnaissance, et l’absence de soutien de leur hiérarchie, selon Libé. Le journal note que le métier d’enseignant n’est pas le seul concerné par ce malaise, qui touche aussi les agriculteurs et les personnels hospitaliers, mais rappelle que "la fonction enseignante occupe une place à part dans notre pacte républicain - ou plutôt occupait", ce qui est peut-être "le problème". Libération demande au gouvernement, et au ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, de "restaurer la place des enseignants dans la société" et de leur accorder la "considération" qui leur est due.

La presse réagit aussi beaucoup ce matin sur un tout autre sujet : les propos de la star américaine de basket, LeBron James, qui a déclaré, lundi, qu'un dirigeant d'un club de NBA n'aurait pas dû exprimer son soutien à Hong Kong, par égard pour la Chine. Cette prise de position lui vaut une volée de bois vert outre-Atlantique, notamment du San Francisco Chronicle, qui juge que ces propos "sont embarrassants pour LeBron James lui-même et pour la NBA". "En déclarant, à propos de Daryl Morey, (ce dirigeant qui a exprimé son soutien aux manifestants pro-démocratie de Hong Kong), qu’il n’aurait pas dû s’exprimer en raison de son manque d’informations et de connaissance sur le sujet, LeBron James avait raison – sauf que c’est une recommandation qu’il aurait dû appliquer à lui-même", étrille le journal. LeBron James est aussi vilipendé aussi à Hong Kong, où son maillot a été piétiné et parfois brûlé par des militants du mouvement pro-démocratie. The South China Morning Post exprime son incrédulité face à ses déclarations, dans la mesure où le joueur n’est pas connu pour avoir de contrats particuliers avec la Chine. Alors qu’il est, en revanche, le principal athlète de NBA sponsorisé par la marque Nike, qui a manifesté son soutien envers Daryl Morey en retirant tous les produits de son équipe, les Houston Rockets, de ses magasins chinois.

On ne se quitte pas là-dessus. Comme chaque année, le Museum d’histoire naturelle de Londres a distingué les 100 plus belles photos de nature prises à travers la planète. Le premier prix 2019 a été attribué à un cliché du photographe chinois Youngqing Bao, pris sur le plateau tibétain de Qinghai, dans l’Himalaya, d'après National Geographic. Il montre une marmotte tentant d’échapper à une maman renarde, partie nourrir ses trois renardeaux. L’expression épouvantée de la petite bestiole est incroyable...

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.