Accéder au contenu principal

Les 27 pays de l'UE ont approuvé l'accord de Brexit négocié avec le Royaume-Uni

Des responsables européens, le 17 septembre 2019, à Bruxelles.
Des responsables européens, le 17 septembre 2019, à Bruxelles. Piroschka Van De Wouw, Reuters

Les 27 ont donné jeudi leur feu vert à un accord sur le Brexit négocié dans les dernières minutes précédant un sommet européen. Le Premier ministre britannique Boris Johnson va désormais devoir batailler pour le faire accepter par son Parlement.

Publicité

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a annoncé jeudi 17 octobre qu'un accord avait été trouvé sur le Brexit, à quelques heures d'un sommet européen à Bruxelles qui doit sceller le sort du départ du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE), prévu dans deux semaines.

  • "Nous en avons un !", a lancé le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker sur son compte Twitter, après plusieurs jours d'intenses tractations, en qualifiant l'accord d'"équitable et équilibré" à la fois pour l'UE et le Royaume-Uni.
  • De son côté, Boris Johnson a annoncé, lui aussi via son compte Twitter, la nouvelle. "Nous avons un excellent nouvel accord qui reprend le contrôle", a indiqué le Premier ministre britannique, en référence aux promesses du camp "Leave" lors du référendum de juin 2016 de reprendre le contrôle de ses lois et de sa politique commerciale.

  • Les 27 ont donné leur feu vert dans la journée à cet accord.

  • Le Premier ministre a appelé les députés britanniques à approuver ce texte lors d'une séance parlementaire exceptionnelle samedi. Il s'est dit, en outre, "très confiant" dans l'approbation de l'accord par les députés britanniques.

  • Il devra pourtant compter sans le vote du DUP, qui fait partie d'une coalition parlementaire avec son Parti conservateur. Ce parti unioniste nord-irlandais, qui compte 10 députés à la Chambre des communes, s'est dit opposé aux propositions de Boris Johnson, quelques minutes après l'annonce de l'accord.

  • Jeremy Corbyn, le chef du Parti travailliste, principale formation d'opposition au Royaume-Uni, a également appelé les députés britanniques à "rejeter" l'accord. Même opposition dans les rangs du Scottish National Party et du Parti du Brexit de Nigel Farage.
     
  • Si ce nouvel accord est rejeté, "nous nous trouverons dans une situation extrêmement compliquée", a averti Jean-Claude Juncker à l'issue de la première journée du sommet européen.

 

 

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.