Accéder au contenu principal

Espagne : le président catalan Quim Torra veut l'indépendance avant la fin 2021

Le président indépendantiste catalan Quim Torra (archives).
Le président indépendantiste catalan Quim Torra (archives). Albert Gea, Reuters

Après une nouvelle nuit de violences qui ont embrasé la Catalogne, le président de la Généralité catalane Quim Torra a souhaité, jeudi, lors d'un discours devant le Parlement local, que la région puisse parvenir à l'indépendance d'ici deux ans.

Publicité

Quim Torra, le président de la Généralité de Catalogne, a souhaité jeudi que la région devienne indépendante d'ici à la fin 2021, si les partis politiques locaux sont d'accord.

Dans un discours de défi à l'État espagnol devant le Parlement régional, au lendemain d'un troisième jour de mobilisation en Catalogne contre la condamnation des dirigeants indépendantistes pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017, le président indépendantiste a demandé qu'un projet d'instauration d'une "république catalane" soit rédigé d'ici au printemps prochain.

"Nous ne pouvons pas nous permettre de faire un pas en arrière dans la défense inaliénable de notre droit à l'autodétermination. La peur et les menaces ne nous vaincront pas", a-t-il lancé.

Il s'était auparavant prononcé pour la tenue d'un nouveau référendum d'autodétermination, alors que le mandat du Parlement régional expire en décembre 2021.

D'après le dernier sondage publié en juillet par le gouvernement régional, 44 % de la population est favorable à l'indépendance tandis que 48,3 % y est opposée.

Étudiants en grève

Dans la rue, les indépendantistes catalans poursuivaient jeudi pour le quatrième jour consécutif leur mobilisation. Jeudi matin, des étudiants étaient en grève et des routes étaient de nouveau coupées en raison des marches de milliers d'indépendantistes parties mercredi de plusieurs villes pour "paralyser" la région ou de pneus incendiés placés sur la chaussée, selon le gouvernement espagnol.

La condamnation de neuf de ses dirigeants à des peines allant de neuf à 13 ans de prison pour leur rôle dans les événements de 2017, a déclenché une vague de protestations dont le point d'orgue sera une "grève générale" et une manifestation massive vendredi à Barcelone où doivent converger les "marches de la liberté" parties mercredi.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.