Accéder au contenu principal

Un soldat turc tué en Syrie après une attaque kurde

Des soldats turcs, le 17 octobre 2019, dans la ville de Tall Abyad, en Syrie, à proximité de la frontière turque.
Des soldats turcs, le 17 octobre 2019, dans la ville de Tall Abyad, en Syrie, à proximité de la frontière turque. Ministère turc de la Défense, Reuters

Le ministère turc de la Défense a annoncé dimanche la mort d'un soldat turc dans une attaque menée dimanche par des forces kurdes syriennes, malgré une trêve entre les deux parties négociée par les États-Unis.

Publicité

Un soldat turc a été tué et un autre blessé dans la ville frontalière de Tall Abyad, en Syrie, après une attaque des combattants kurdes du YPG menée en dépit du cessez-le-feu de cinq jours accepté par Ankara jeudi, a annoncé, dimanche 20 octobre, le ministère turc de la Défense.

"L'un de nos héroïques camarades est tombé en martyre et un autre a été blessé dans une attaque aux armes légères et antichars (...) perpétrée par des terroristes lors d'une mission de reconnaissance et de surveillance", a indiqué le ministère de la Défense.

>> À lire : "Cessez-le-feu en Syrie : Erdogan remporte la mise aux dépens des Kurdes"

L'attaque, commise contre des soldats turcs alors qu'ils effectuaient une mission de reconnaissance et de surveillance dans la ville, a fait l'objet de représailles de la partie turque, a indiqué le ministère dans son communiqué, précisant que la Turquie restait pleinement engagée dans la trêve en dépit de cette violation du cessez-le-feu.

Erdogan menace d'"écraser les têtes" des combattants kurdes

Les forces kurdes et Ankara se sont mutuellement accusées samedi de violer cette trêve dans le nord-est de la Syrie, le président turc Recep Tayyip Erdogan menaçant d'"écraser les têtes" des combattants kurdes, à trois jours de l'expiration du délai pour leur retrait.

La Turquie a lancé le 9 octobre une offensive militaire dans le nord-est syrien contre les combattants kurdes YPG, partenaires de la coalition de la lutte contre le groupe État islamique et que les autorités turques considèrent comme une organisation "terroriste".

Sous la pression, Ankara a accepté jeudi de suspendre pendant cinq jours son offensive "Source de paix", une trêve qui doit permettre le retrait des combattants kurdes de la "zone de sécurité" que la Turquie veut créer le long de la frontière turque, sur une trentaine de kilomètres de profondeur.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.