Accéder au contenu principal

La classe politique libanaise face à un dilemme : "Comment réformer le système sans se suicider ?"

Depuis le 17 octobre, les Libanais manifestent en masse pour demander un changement profond de système.
Depuis le 17 octobre, les Libanais manifestent en masse pour demander un changement profond de système. Anwar Amro, AFP

Corruption, incompétence, clientélisme... Au Liban, la classe politique et le système confessionnel en vigueur sont conspués par les centaines de milliers de manifestants mobilisés depuis plusieurs jours, qui les accusent d’avoir ruiné le pays.

Publicité

"Voleurs !" "Tous, ça veut dire tous !" Au Liban, théâtre d’une contestation populaire inédite, les principaux slogans des manifestants réclament le départ de l'ensemble de la classe politique. "Au pouvoir depuis 30 ans", elle est accusée d’être corrompue et incompétente. Aucun leader de premier plan n’est épargné par la colère des Libanais, ni le président Michel Aoun, ni son gendre et ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil, ni le Premier ministre Saad Hariri ou encore le président du Parlement et ancien seigneur de guerre Nabih Berri.

Du nord au sud du pays, même dans certains bastions du Hezbollah de Hassan Nasrallah, en passant par la capitale Beyrouth, les manifestants munis du seul drapeau libanais expriment leur ras-le-bol d’un système politique confessionnel qu’ils jugent défaillant. Mais qui pourtant parvient à se perpétuer.

"La révolte populaire en cours au Liban démontre que le système confessionnel n’a plus sa place dans le pays, il n’est plus légitime car il est bien incapable, et ce depuis plusieurs décennies, de répondre à la crise économique dont il est responsable de par sa nature, pas plus qu’il ne peut répondre aux besoins des Libanais, explique à France 24 Nour Kilzi, chercheuse en droit international à la Sorbonne. La population a besoin d’un État, cette crise est l’occasion d’en bâtir un sans la classe politique actuelle."

Remontant aux années 1920, et consolidé en 1943 par le Pacte national (un accord intercommunautaire non écrit), le système politique en vigueur au Liban, qui compte 18 communautés religieuses, est basé sur le principe d’une démocratie consensuelle. Il repose aussi sur une répartition confessionnelle des fonctions officielles et administratives. Le président de la République et le chef de l’armée sont toujours chrétiens – maronites, précisément – tandis que le Premier ministre est sunnite et que le président du Parlement est issu de la communauté chiite. Enfin, alors que le traditionnel clivage entre la droite et la gauche est inexistant dans le pays, les portefeuilles ministériels et les 128 sièges de députés sont répartis paritairement entre musulmans et chrétiens.

La très fragile coalition gouvernementale actuellement au pouvoir comprend des ministres issus des principaux partis du pays, comme ceux de Saad Hariri, du leader féodal druze Walid Joumblatt, de Michel Aoun, de Nabih Berri, ainsi que ceux du Hezbollah. Autre leader de premier rang, Samir Geagea, chef de file des Forces libanaises (ex-milice chrétienne), a quant à lui annoncé la semaine dernière que les ministres issus de son parti allaient démissionner du gouvernement.

"Quelque chose d’irréversible s’est passé au Liban"

Interrogé par France 24, le politologue et professeur à l’Université américaine de Paris Ziad Majed estime que "quelque chose d’irréversible s’est passé au Liban, où un tabou a été brisé" ces derniers jours. "La nouveauté qui réside dans ce grand soulèvement populaire est sa décentralisation, ce qui a permis de faire émerger des dynamiques régionales qui indiquent qu’au sein de chaque communauté, les citoyens se soulèvent contre ceux qui prétendent les représenter et qui participent au pouvoir."

Paradoxalement, lors des dernières législatives organisées en mai 2018 – les premières organisées depuis 2009 en raison de blocages politiques –, ces mêmes leaders et partis avaient assuré la réélection de leurs candidats. Et donc confirmé leur emprise sur le pouvoir et la représentation de leurs communautés respectives. Comment s’explique alors la mainmise des acteurs politiques libanais, quasi inchangés depuis la guerre civile, sur la vie politique du pays ?

>> À lire : "Le pouvoir veut calmer la rue, mais 'les Libanais n'ont plus confiance'"

"La question des élections est reliée à la capacité de mobiliser les électeurs et à la puissance et au financement des machines électorales, poursuit Ziad Majed. Au Liban, les élections bénéficient aux grands partis qui sont favorisés par le système clientéliste, tandis que l’opposition est divisée en plusieurs listes et ne dispose pas des mêmes moyens et du même accès aux médias."

"Lors des élections, des alliances, parfois contre-nature entre des ténors de la classe politique que tout oppose, découragent les électeurs d’aller voter, ajoute-t-il. Ce qui leur permet de se maintenir au pouvoir et de reproduire les mêmes schémas en gagnant des élections avec des taux de participation moins importants que la participation que l’on voit dans les manifestations actuelles."

Clientélisme, corruption, blanchiment, enrichissement illicite, conflits d’intérêts... Outre la question des urnes, la complexité de la politique libanaise est entretenue par le système politique lui-même, autocentré sur ses propres intérêts, alors que le pays du Cèdre est classé parmi les pays les plus corrompus au monde par l'ONG Transparency International.

"Le système confessionnel libanais, tel qu’il a été conçu, ne peut que conduire à un système de corruption parce que chaque chef de communauté est dans un marchandage permanent avec les autres pour parvenir à une espèce d’équilibre dans lequel chacun veut sa part du gâteau", explique Agnès Levallois, consultante spécialiste du Moyen-Orient, vice-présidente de l'iReMMO, interrogée par France 24.

Du compromis à l’hégémonie

Ziad Majed rappelle que le système institutionnel libanais a plus ou moins fonctionné lorsque l’élite politique était composée de notables féodaux ou urbains qui n’étaient pas dans une logique de militantisme politique par rapport aux autres communautés. Et ce, jusqu’au début des années 1970 durant lesquelles avait éclaté la guerre du Liban (1975-1990).

"Depuis la guerre civile, souligne-t-il, la culture politique qui recherchait constamment le compromis a été supplantée par une montée en puissance de personnes ou de forces politiques qui ont cherché à imposer leur hégémonie au sein de leur communauté, en profitant de l’occupation syrienne [de 1976 à 2005, NDLR] et d’alliances régionales très importantes, comme l’Iran pour le Hezbollah ou l’Arabie saoudite pour la famille Hariri."

Pour Ziad Majed, cette configuration a permis aux forces politiques soit de se renouveler, soit de préserver leur mainmise sur la représentation de leur communauté en la mobilisant face aux autres. Et ce, "en utilisant des ressources de l’État ou de l’étranger au bénéfice des sympathisants, des membres de leurs mouvements et de leurs proches, et des réseaux clientélistes pour acheter des loyautés, comme ce système politique le permet, afin de faire croire qu’ils sont indispensables".

Et quand surgissent des questions de fond sur le système lui-même et son fonctionnement, sur la corruption ou les gros dossiers économiques, "tous les camps politiques, qui sont tous alliés au sein du gouvernement actuel et qui s’affrontent sans relâche sur d’autres thèmes, resserrent les rangs et font montre d’une grande solidarité entre eux si leurs intérêts respectifs sont menacés", insiste le politologue.

Ainsi, lorsqu’il est contesté, le système politique libanais arrive à digérer les chocs, note Ziad Majed, parce qu’il existe selon lui une forte relation entre l’administration et l’élite politique, entre les projets économiques et les partis politiques, et entre les banques et les leaders politiques, que ce soit au niveau du gouvernement, du Parlement ou de l’administration. "Ils sont reliés et sentent que leurs destins respectifs sont liés, ce qui les rend très difficile à affronter", précise-t-il.

"Tout est bloqué à cause d’un système bien ancré"

Pour Ayman Mehanna, économiste de formation et directeur de la Fondation Samir Kassir (du nom du journaliste de renom assassiné en juin 2005) et dont l’une des missions est de diffuser la culture démocratique au Liban et dans le monde arabe, le système politique est responsable de la "crise de moralité" qui traverse le pays. "Le modèle économique de la classe politique actuelle est bâti sur les rétrocomissions des grands marchés publics, donc ce sont toujours les hommes d’affaires liés aux grands partis politiques qui obtiennent les contrats octroyés par l’État et qui reversent ensuite des commissions à ces partis politiques", détaille-t-il à France 24.

Il y a encore quelques années, explique-t-il, les bailleurs de fonds étrangers, en particulier l’Arabie saoudite et l’Iran, finançaient le système politique libanais (à travers leurs alliés sunnites pour Riyad et chiites pour l’Iran), mais ce financement a diminué fortement depuis que ces deux puissances régionales s’affrontent sur d’autres théâtres, comme dans le Golfe ou au Yémen. "Depuis, la seule façon pour les partis politiques de se financer consiste à racler les fonds de marmites de l’État libanais", estime-t-il, alors que la vague de manifestations a été provoquée par des hausses successives de taxes imposées par le gouvernement.

Sauf que le Liban se trouve aujourd’hui dans une situation économique explosive, le pays traversant l'une des pires phases de récession de ces trente dernières années, avec plus du quart de la population vivant sous le seuil de pauvreté, d'après la Banque mondiale. Aujourd'hui troisième dette mondiale derrière le Japon et la Grèce, la dette publique libanaise culmine à plus de 86 milliards d'euros, soit 151 % du PIB selon le FMI.

"Les manifestants sont outrés par la gestion économique du pays et par le climat d’impunité qui règne au sein de cette classe politique alors que les scandales de corruption se multiplient, explique Ziad Majed. La jeune génération voit que tout est bloqué à cause d’un système bien ancré et conçu avec beaucoup de rigidité, elle constate aussi que ceux qui dirigent le pays sont incapables de régler les questions de l’électricité [les Libanais sont confrontés à d'incessantes coupures d'eau et de courant, NDLR], des ordures et de l’environnement."

Et de conclure : "Je doute fort que cette même classe politique soit capable de réformer le pays et le système politique. Si elle le fait, elle ne sera plus capable de monopoliser le pouvoir, ses acteurs sont donc face à un dilemme assez sérieux : comment réformer sans se suicider ?"

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.