Accéder au contenu principal

Ligue des champions : face à Bruges, le PSG veut poursuivre son sans-faute

L'équipe du PSG à l'entraînement avant la rencontre contre Bruges, le 21 octobre 2019.
L'équipe du PSG à l'entraînement avant la rencontre contre Bruges, le 21 octobre 2019. François Lenoir, Reuters

Après deux matches, le PSG est solidement positionné en tête de son groupe en phase de poules de la Ligue des Champions. En déplacement à Bruges, le club parisien compte bien garder sa place de leader.

Publicité

Le Paris Saint-Germain ne pouvait pas mieux débuter sa campagne européenne. Avec six points, le PSG caracole en tête de son groupe, après son brillant succès face au Real Madrid (3-0), puis la victoire plus difficilement acquise à Istanbul sur le terrain hostile de Galatasaray (1-0). Face à Bruges, mardi 22 octobre, l’objectif est clair : poursuivre ce sans-faute.

Même si l’adversaire peut paraître moins inquiétant sur le papier, l’entraîneur Thomas Tuchel veut rester prudent. "Pour moi, jouer à l'extérieur en C1, c'est le défi le plus difficile en Europe. Pour cela, on a beaucoup de respect envers Bruges, qui a beaucoup d'énergie, de courage. Je m'attends à une équipe très physique, qui va jouer très haut, avec beaucoup d'intensité. Si on ne montre pas notre meilleur niveau, c'est presque sûr qu'on ne peut pas gagner", a-t-il expliqué en conférence de presse.

Car le champion de Belgique joue sans complexe. Lors de la précédente journée, les coéquipiers de l'attaquant Emmanuel Dennis avaient mené 2-0 au Santiago Bernabeu, avant de voir Madrid arracher le nul en fin de match. "Comme au Real, nous avons tout à gagner et rien à perdre, c'est très simple", a ainsi déclaré Philippe Clément, l'entraîneur du Club Bruges.

"Le Real et le PSG ont plus de qualités que nous, c'est clair, mais sur un match on peut faire des choses spéciales, nous en avons déjà fait, a-t-il ajouté. Normalement tu es content quand tu peux faire un miracle par saison, mais nous en voulons toujours plus."

Le défenseur belge Thomas Meunier est bien placé pour le savoir. De 2011 à 2016, il a porté les couleurs de Bruges avant de rejoindre le club parisien. "Au niveau de l'ambiance, c'est un club assez chaud. Un public un peu à l'anglaise, quelque chose de très anglophone, pour le reste je ne m'attends à aucun accueil particulier. Je pense qu'ils vont apprécier le match, qu'ils vont profiter."

Sans Neymar

Pour ce troisième match, le PSG ne pourra pas compter sur Neymar absent environ "quatre semaines" en raison d'une blessure musculaire, ni sur Idrissa Gueye, qui souffre d’une blessure similaire. Kylian Mbappé et Edinson Cavani vont également faire leur retour dans le groupe. Présents à Nice, vendredi, lors de la victoire 4-1, Cavani est resté sur le banc au contraire de Mbappé, auteur d'une entrée remarquée en fin de match avec un but à la clé. Fouleront-ils la pelouse de Bruges ? "Je pense que c'est trop tôt pour Kylian pour jouer 90 minutes. On doit trouver la solution pour savoir s'il commence ou termine le match. C'est pareil pour Edi (Cavani)", a expliqué Thomas Tuchel.

Au cas où les deux membres de la "MCN" débuteraient sur le banc, l’entraîneur parisien pourra, quoi qu'il arrive, s'appuyer sur ses deux Argentins Angel Di Maria et Mauro Icardi, auteurs de trois des quatre buts parisiens inscrits en C1. Irrésistible depuis le début de saison, Di Maria enchaîne les doublés et les actions de classe comme s'il vivait, à 31 ans, la meilleure forme de sa carrière en l'absence du trio Mbappé-Cavani-Neymar.

Le Real Madrid en danger

Dans l’autre rencontre du groupe entre le Real Madrid et Galatasaray, la soirée s’annonce plus stressante pour les Merengue. Avec un seul petit point, le Real Madrid est dernier du groupe et déjà en danger. Après une lourde défaite 3-0 à Paris puis un nul poussif 2-2 contre le Club Bruges, l’équipe de Zinedine Zidane est menacée d’une élimination, ce qui serait une première. En 23 participations au premier tour de la C1 moderne (depuis 1992), la "Maison blanche" s'est qualifiée 23 fois pour la phase à élimination directe, un record.

Revenu aux commandes en mars auréolé de ses trois C1 conquises lors de son premier mandat (2016-2018), l'entraîneur français sait qu'une nouvelle contre-performance, mardi, amenuiserait les chances de qualification de son équipe. Et qu'une élimination précoce serait un accident industriel retentissant pour le club ayant le plus de revenus au monde, selon le cabinet Deloitte (822,1 millions d'euros de chiffre d'affaires prévisionnel cette saison).  "On sait ce qui est en jeu. On doit jouer ce match pour le gagner, il n'y a pas d'autre issue", a reconnu Zidane ce week-end.

Avec AFP

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.