Accéder au contenu principal

Crash du Boeing 737 MAX au large de l'Indonésie : le rapport indonésien met en cause un défaut de conception

Le président du Comité indonésien pour la sécurité des transports, Soerjanto Tjahjono, lors d'une conférence de presse sur le rapport final du crash du vol 610 de Lion Air, à Jakarta, le 25 octobre 2019.
Le président du Comité indonésien pour la sécurité des transports, Soerjanto Tjahjono, lors d'une conférence de presse sur le rapport final du crash du vol 610 de Lion Air, à Jakarta, le 25 octobre 2019. Bay Ismoyo, AFP

Des défauts dans la conception du système de commandes de vol du Boeing 737 Max et une formation inadaptée ont conduit au crash de l'appareil de la compagnie Lion Air au large de l'Indonésie. La catastrophe a fait 189 morts, le 28 octobre 2018.

Publicité

Les conclusions de l’enquête sont désormais connues. Un défaut de conception, une formation inadaptée des pilotes et des performances médiocres de l'équipage ont conduit au crash du Boeing 737 MAX de la compagnie Lion Air au large de l'Indonésie qui a fait 189 morts le 28 octobre 2018, ont déclaré vendredi les enquêteurs indonésiens.

Quelques mois après ce crash, un appareil du même modèle de la compagnie Ethiopian, qui assurait la liaison entre Addis Abeba et Nairobi, s'était également écrasé, faisant 157 morts.

Le MCAS, un système automatique qui devait empêcher l'avion de partir en piqué, a rapidement été pointé du doigt et tous les 737 MAX sont cloués au sol depuis mi-mars.

"La conception et la certification du MCAS étaient inadaptées", a déclaré le comité national chargé de la sécurité des transports dans un rapport rendu public vendredi à Jakarta.

Vulnérable

Les enquêteurs soulignent que le MCAS était vulnérable, car il ne reposait que sur un seul capteur et que les pilotes n'avaient pas bien été informés de la manière de réagir en cas de dysfonctionnement.

"Le manuel de vol de l'avion et la formation des pilotes ne comprenaient pas d'informations sur le MCAS", pointent-ils.

Par ailleurs, un capteur de ce système avait été "mal calibré" et ce défaut n'a pas été décelé par les équipes chargée de la maintenance de l'avion.

Lors d'un vol précédent, l'équipage avait déjà rencontré des problèmes de perte de contrôle de l'appareil.

Par ailleurs, la situation d'urgence "n'a pas été gérée efficacement" par l'équipage, dont les lacunes avaient "déjà été identifiées pendant l'entraînement et sont réapparues lors du vol en question".

"Sincères condoléances"

Un comité regroupant les autorités mondiales de l'aviation civile (JATR) a estimé récemment que l'agence fédérale américaine de l'aviation (FAA) n'avait pas évalué correctement le MCAS, parce qu'elle manquait d'ingénieurs et d'expertise.

Vendredi, après la publication de ce rapport, Boeing a présenté "ses "sincères condoléances" aux familles des victimes.

Le groupe a par ailleurs annoncé avoir apporté des modifications au système MCAS mis en cause.

"Ces modifications logicielles empêcheront que les conditions de commandes de vol apparues lors de l’accident ne puissent se reproduire", a déclaré Dennis Muilenburg, directeur général de Boeing, dans un communiqué.

"Boeing procède à la mise à jour des manuels destinés aux équipages ainsi que de la formation dispensée aux pilotes de sorte que chaque pilote disposera de toutes les informations dont il a besoin pour piloter le 737 MAX en toute sécurité", a précisé le groupe.

"Nous n'avons pas d'autre choix que de l'accepter"

L'agence fédérale de l'aviation (FAA), critiquée de toutes parts pour avoir confié la certification de systèmes importants de l'avion à Boeing, a promis d'examiner toutes les modifications apportées par l'avionneur américain sur ces appareils.

"L'avion ne sera remis en service qu'une fois que la FAA aura déterminé s'il est sûr", a-t-elle déclaré après la publication du rapport indonésien.

Après avoir pris connaissance de ce rapport, à huis clos, mercredi, certains proches des victimes ont exprimé leur déception. "Cependant nous n'avons pas d'autre choix que de l'accepter", a déclaré Epi Syamsul Qomar, qui a perdu son fils.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.