Accéder au contenu principal

"La fin du Monde": la défaite des All Blacks assomme la Nouvelle-Zélande

2 mn
Publicité

Wellington (AFP)

"La fin du Monde": la défaite des All Blacks en demi-finale de la Coupe du monde de rugby contre l'Angleterre a assommé la Nouvelle-Zélande alors que ses rêves d'un troisième titre consécutif ont été balayés par une équipe d'Angleterre supérieure.

"La fin du Monde ! Les All Blacks assommés par d'incroyables Anglais", a titré le New Zealand Herald, quotidien au plus gros tirage du pays.

La défaite des Néo-Zélandais 19-7 contre les Anglais samedi à Yokohama est la première en Coupe du monde depuis le quart de finale perdu face à la France en 2007 (20-18), après lequel ils avaient aligné une série inouïe de 18 victoires.

Face à une équipe d'Angleterre fougueuse et supérieure, les All Blacks n'ont jamais semblé menaçants.

"Si (les All Blacks) réussissent à s'en sortir ce sera un sacré effort", a déclaré Stephen Donald, l'ancien ouvreur All Black marqueur de la pénalité décisive lors de la finale de 2011 face à la France, et commentateur pour la télévision néo-zélandaise.

Dans sa recherche de raisons pour cette défaite, le New Zealand Herald a affirmé que la décision de titulariser l'habituel deuxième ligne Scott Barrett en tant que flanker a été "un pari qui n'a pas fonctionné".

Mais pour la plupart des médias néo-zélandais, l'Angleterre était tout simplement trop forte.

Gregor Paul, chroniqueur pour le New Zealand Herald, a vanté la capacité des Anglais d'avoir réduit "la meilleure attaque du monde à un (...) mic-mac aléatoire de mauvaises idées frénétiques".

Le journaliste rugby du site web Stuff.co.nz, Marc Hinton a quant à lui écrit: "Les Néo-Zélandais doivent l'admettre. Les (Anglais) étaient magnifiques".

Pour Television New Zealand, c'est "la pression incessante, et le rythme sans répit" mis par l'Angleterre qui est à l'origine de la défaite, tandis que le site web de Television Three a affirmé que les All Blacks ont été "ébranlés par une offensive initiale" et ne s'en sont jamais remis.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.