Accéder au contenu principal

Mondial de rugby : les Anglais en finale après avoir brillamment éliminé les All Blacks

L'Anglais Manu Tuilagi célèbre son essai face aux All Blacks marqué dès la 2e minute de jeu
L'Anglais Manu Tuilagi célèbre son essai face aux All Blacks marqué dès la 2e minute de jeu Issei Kato, Reuters

Le XV de la Rose a signé un exploit samedi en demi-finale de la Coupe du monde de rugby face à la Nouvelle-Zélande (19-7). Largement dominateurs, les Anglais décrochent une quatrième qualification en finale.

Publicité

Avant même le coup d’envoi de leur demi-finale contre la Nouvelle-Zélande, les Anglais ont choisi de défier les All Blacks. Pendant le haka, ils se sont positionnés en "V" – pointe à l'opposé des All Blacks – et n’ont pas hésité à passer la ligne du milieu de terrain, enfreignant ainsi le règlement de la Coupe du monde de rugby. Le XV de la Rose voulait montrer qu’il n’avait pas peur de cette redoutable équipe néo-zélandaise. Et il ne lui a ensuite fallu que 90 secondes de jeu pour concrétiser ses intentions, avec un premier essai signé par le trois-quarts centre Manu Tuilagi et transformé par Owen Farrell.

Les Anglais ont réalisé un début de rencontre époustouflant, en bousculant les doubles champions du monde en titre. Très puissants, ils ont monopolisé le ballon pendant les 40 premières minutes du match en mettant beaucoup de rythme dans cette rencontre. Leur entraîneur, Eddie Jones, avait annoncé avant cette demi-finale que l’Angleterre pouvait "changer l’histoire du rugby" : trois fois déjà, les deux équipes s’étaient affrontées en Coupe du monde, avec autant de défaites pour les Anglais et une humiliation en prime, les All Blacks les ayant balayés en demi-finale en 1995 (45-29).

Le XV d’Angleterre a réussi l’exploit samedi de sevrer de ballons l’équipe néo-zélandaise, qui s’est épuisée à enrayer les offensives adverses. L’ailier anglais Anthony Watson a affolé la défense des All Blacks tandis que les avants du XV de la Rose ont brillé en conquête, se permettant même de voler à leurs adversaires des ballons en touche. Mais cette domination ne s’est traduite que par 3 points de plus au tableau d’affichage, grâce à une pénalité de George Ford, et les Néo-Zélandais ont réussi à limiter la casse, avec seulement 10 points de retard à la mi-temps.

Des All Blacks stériles

Les Anglais ont attaqué la deuxième période avec les mêmes intentions et se sont immédiatement montrés menaçants. Confiants dans la puissance de ses avants, le XV de la Rose a même fait le choix de défier les All Blacks à la 43e minute, alors qu’il aurait pu tenter de passer 3 points au pied sur une pénalité. Une décision judicieuse puisque le demi de mêlée Ben Youngs a réussi à franchir la défense et aplatir le ballon dans l’en-but néo-zélandais. Mais l’arbitre a annulé cet essai en raison d’un léger en-avant. Et c’est sur une pénalité que l'ouvreur anglais Owen Farrell a réussi à inscrire 3 points de plus.

Incapables de marquer le moindre point pendant 56 minutes, les Néo-Zélandais ont procédé à plusieurs changements, en faisant notamment rentrer l’expérimenté Sonny Bill Williams. Et ils ont enfin inscrit leurs premiers points grâce à un essai d’Ardie Savea, qui a su profiter d’une erreur anglaise sur une touche. L’ouvreur Richie Mo’unga s’est chargé de la transformation et les Néo-Zélandais ont réduit leur retard à 6 points (7-13).

Dominés et peu inspirés dans cette demi-finale, les All Blacks ont tenté en vain d’inverser le cours du jeu au cours des 20 dernières minutes. Les Anglais ne pouvaient pas laisser passer cette occasion de disputer une nouvelle finale de Coupe de monde, 12 ans après leur défaite face à l’Afrique du Sud (6-15). Très agressifs, ils ont conservé la mainmise sur le ballon et ont passé deux pénalités supplémentaires. Les meilleurs étaient en blanc samedi sur la pelouse et les All Blacks ne pourront pas défendre leur titre mondial en finale. Ils disputeront le match de la troisième place contre le perdant de la demi-finale entre le pays de Galles et l’Afrique du Sud organisée dimanche à Yokohama.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.