Accéder au contenu principal

USA: l'organe central du sport universitaire entérine la rémunération des athlètes

Publicité

New York (AFP)

L'organe central du sport universitaire américain, la NCAA, a entériné mardi la possibilité pour les athlètes d'être rémunérés en échange de l'utilisation de leur nom et de leur image, une révolution après des décennies d'opposition.

Les enjeux sont considérables, car le football américain et le basket universitaires génèrent des milliards de dollars de revenus annuels aux Etats-Unis, une manne dont les athlètes ne perçoivent rien aujourd'hui.

Fin septembre, le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, avait provoqué un premier séisme en ratifiant un texte autorisant la rémunération des athlètes universitaires dans son Etat, à compter de 2023.

Réuni mardi, le conseil d'administration de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) a voté à l'unanimité pour permettre aux athlètes étudiants de toucher des droits d'image et de signer des contrats publicitaires, selon un communiqué.

Il a immédiatement mandaté les divisions de l'organisation de travailler à une mise à jour de leurs règlements, avec comme date butoir janvier 2021.

La NCAA n'a rien dit dans l'immédiat des modalités pratiques de cette rémunération, ni d'un éventuel plafond.

"En tant qu'organe de gouvernance national, la NCAA dispose d'une position unique pour modifier ses règlements et s'assurer d'un système juste et égalitaire pour les athlètes universitaires", a commenté le président de la NCAA, Mark Emmert.

C'est une rupture totale dans le discours de l'instance dirigeante, qui avait toujours été officiellement opposée jusqu'ici au principe de la rémunération des sportifs universitaires.

Plusieurs dirigeants et spécialistes se montraient néanmoins prudents sur les conséquences réelles de cette ouverture historique.

"Nous devons nous assurer que la NCAA agit effectivement", a prévenu, via Twitter, Mark Walker, élu républicain à la Chambre des représentants et en pointe sur le sujet.

"Si ces mots sont prometteurs", a-t-il ajouté, "ils en ont utilisés d'autres par le passé pour priver les athlètes universitaires de leurs droits fondamentaux et d'un traitement équitable."

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.