Accéder au contenu principal

Les États-Unis publient des images du raid contre Abou Bakr al-Baghdadi

Vue aérienne du site où l'assaut contre Abou Bakr al-Baghdadi a été mené, la veille des bombardements américains, le 26 octobre 2019, dans la région syrienne d'Idleb.
Vue aérienne du site où l'assaut contre Abou Bakr al-Baghdadi a été mené, la veille des bombardements américains, le 26 octobre 2019, dans la région syrienne d'Idleb. Reuters

Le département américain de la Défense a publié mercredi une vidéo de l'opération militaire qui a mené à la mort du chef du groupe État islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, mettant en garde contre le risque de représailles.

Publicité

Les premières images de l’opération militaire qui a mené dimanche dernier, à la mort du chef du groupe État islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, ont été publiées, mercredi 30 octobre, par le département américain de la Défense.

Les images aériennes, en noir et blanc, montrent les forces spéciales américaines se rapprocher du bâtiment dans lequel le chef djihadiste se trouvait, pendant qu'un avion américain faisait feu sur des combattants situés à proximité.

Une autre vidéo, la plus spectaculaire, montre un épais nuage de fumée noire s'élever du sol après que les bombes ont rasé le complexe.

La destruction du bâtiment avait en partie pour but "de s'assurer que celui-ci ne serait pas un sanctuaire ni mémorable sous aucune forme", a déclaré le général Kenneth McKenzie, à la tête du commandement central américain qui supervise les troupes déployées au Moyen-Orient.

Probables représailles

Lors d'un point presse au Pentagone, ce dernier a indiqué qu'Abou Bakr al-Baghdadi avait entraîné avec lui deux enfants – et non trois, comme l'avait dans un premier temps estimé l'administration américaine – dans une zone souterraine complexe et dans un tunnel, pour prendre la fuite. "Il a rampé dans un tunnel avec deux enfants et s'est fait exploser alors que ses hommes sont restés sur le terrain", a-t-il détaillé.

Abou Bakr al-Baghdadi était isolé à quelques kilomètres seulement de la frontière turque. Les combattants d'autres groupes présents dans la zone ignoraient probablement qu'il s'y trouvait, a explié Kenneth McKenzie.

Le général a prévenu également que le groupe État islamique allait probablement tenter d'organiser une attaque en représailles. "Nous sommes postés et nous sommes préparés à cela", a-t-il assuré.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.