Accéder au contenu principal

A 85 et 88 ans, les Frères Morvan disent "kenavo" à la scène

Publicité

Rennes (AFP)

Yvon et Henri Morvan, célèbres chanteurs bretons de 85 et 88 ans, ont annoncé jeudi soir mettre un terme à leur carrière, entamée il y a plus de soixante ans, a-t-on appris vendredi auprès de leur entourage.

Les chanteurs bretons, connus pour leur tube "Joli Coucou", ont fait cette annonce lors du fest-noz de la Toussaint organisé par l'Union démocratique bretonne (UDB) à Paimpol (Côtes d'Armor), où ils avaient leurs habitudes. "Ils sont très tristes d'arrêter, ils ont tenu 61 années. Mais à 85 et 88 ans, la fatigue commence à se faire sentir", a déclaré à l'AFP la compagne d'Yvon Morvan, jointe par téléphone.

"Les gens étaient très émus quand ça a été annoncé", a-t-elle ajouté. Pour leur dernier fest-noz, les Frères Morvan ont chanté a cappella les onze chansons de leur répertoire "sans papier, sans boire un coup, pendant trois-quarts d'heure", a-t-elle précisé.

Cultivateurs retraités et chanteurs de "kan ha diskan", chant et contre-chant traditionnels en langue bretonne, les Frères Morvan ont entamé leur carrière en 1958, devenant très rapidement les chanteurs incontournables des fêtes traditionnelles bretonnes (fest-noz) avec danses en chaînes ou en rondes.

Vêtu de la même tenue de scène, chemise claire à carreaux, casquette foncée et pantalon sombre uni, le quatuor vocal, devenu trio après la mort d'Yves en 1984, puis duo depuis la disparition de François en 2012, a totalisé plus de 3.000 concerts, y compris dans les festivals les plus réputés de Bretagne.

Les frères Morvan ont ainsi participé à la plupart des éditions du festival rock des Vieilles charrues à Carhaix, ainsi qu'au festival du Bout du monde dans la presqu'île de Crozon ou au Transmusicales de Rennes.

Originaires de Botcol dans la commune de Saint-Nicodème (Côtes-d'Armor), les quatre frères célibataires ont été initiés au "kan ha diskan" par leur mère Augustine décédée en 1976, tenant cette technique de chant de son père.

En 2009, les deux "frangins" Henri, 80 ans, et Yvon, 76 ans, avaient été accompagnés par les tambours du Bronx, lors du festival des Vieilles charrues après avoir chanté a cappella leur répertoire de chants à danser. Filles et garçons avaient alors frappé le sol du pied, comme à l'origine des Plinn, ces chants qui accompagnaient la finition d'une maison pour taper le sol en terre battue.

En février 2011, Nolwenn Leroy avait reçu le huitième Grand prix du disque du Télégramme des mains de ses prédécesseurs au palmarès, les frères Yvon et Henri Morvan.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.