Accéder au contenu principal

En Bolivie, l’audit international sur le scrutin débute après des affrontements meurtriers

Deux manifestants dans les rues de La Paz, en Bolivie, le 31 octobre 2019.
Deux manifestants dans les rues de La Paz, en Bolivie, le 31 octobre 2019. Kai Pfaffenbach, Reuters

Les observateurs électoraux de l’Organisation des États Américains ont commencé jeudi leur audit en Bolivie. A Santa Cruz, des affrontements entre pro et anti-Morales ont fait deux morts.

Publicité

Les observateurs de l’Organisation des États Américains chargés d’enquêter sur le décompte des résultats à l’élection présidentielle ont entamé leur mission en Bolivie jeudi 31 octobre. L’enquête commence, alors que deux personnes sont mortes à Santa Cruz, centre névralgique de la contestation dans le pays, lors d’affrontements entre civils.

Il s'agit des premiers décès liés à la crise politique qui agite la Bolivie depuis plus d'une semain, après la réélection lors d'un scrutin controversé du président Evo Morales, premier chef de l'État indigène et de gauche du pays, au pouvoir depuis 2006.

Selon le journal local El Debe de Santa Cruz, les victimes sont deux hommes de 48 et 60 ans, tués par balles. "Des vies humaines ont été perdues et c'est irréparable", a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi le ministre de la Défense, Javier Zabaleta, à la chaîne PAT.

Au total, 139 personnes ont été blessées, selon la "Défenseure officielle du peuple", Nadia Cruz.

L’opposition rejette l’audit

Jeudi, 30 experts de l'OEA ont démarré leur enquête sur le dépouillement, selon un accord négocié entre le gouvernement bolivien et cette organisation basée à Washington, qui regroupe la plupart des gouvernements des États d'Amérique.

Aujourd'hui (jeudi) démarre cet audit, qui doit durer approximativement deux semaines", a annoncé le ministre des Affaires étrangères, Diego Pary, lors d'une conférence de presse.

La mise en place de cet audit ne devrait cependant pas apaiser les tensions entre pro et anti-Morales : l'opposition a en effet déclaré mercredi qu'elle rejetait cette enquête dans les termes actuels.

"L'audit sur lequel se sont mis d'accord l'OEA et le candidat du Mouvement pour le socialisme (parti d'Evo Morales) n'a pas pris en compte le pays, ni nos conditions, à commencer par le fait de ne pas reconnaître les résultats du décompte proclamés par le Tribunal suprême électoral, ainsi que la nécessité d'avoir des représentants de la société civile dans le processus", a expliqué Carlos Mesa, le rival libéral d'Evo Morales à l'élection présidentielle, qui a dirigé le pays entre 2003 et 2005.

Soupçons de fraude

Luis Fernando Camacho, le président de l'influent Comité pro Santa Cruz, une organisation conservatrice rassemblant commerçants, entrepreneurs et simples citoyens, à la tête de la contestation, continue également de réclamer l'annulation de l'élection.

Après de premiers chiffres partiels le soir du vote, qui laissaient entrevoir un second tour inédit, de nouveaux résultats, diffusés plus de vingt heures après, avaient pratiquement donné la victoire à Evo Morales, suscitant de la part de l'opposition et des observateurs internationaux des soupçons de fraude.

Cinq jours plus tard, le Tribunal suprême électoral annonçait la victoire du président, avec une avance de plus de dix points, lui permettant de s'imposer au premier tour.

Avec AFP

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.