Accéder au contenu principal

Enquête fédérale aux Etats-Unis sur le rachat de TikTok

Publicité

Washington (AFP)

Une agence fédérale américaine a ouvert une enquête de sécurité nationale sur le rachat par le chinois ByteDance de TikTok, une application de partage de vidéos qui est plébiscitée par les adolescents partout dans le monde, affirme vendredi le New York Times.

Selon le quotidien, le Comité sur l'investissement financier étranger aux Etats-Unis --qui est chargé de passer en revue les acquisitions faites par des entreprises ou entités étrangères aux Etats-Unis-- a décidé d'enquêter sur cette acquisition vieille de deux ans après que des sénateurs américains aient fait publiquement part de leur inquiétude.

Selon l'une des sources anonymes du New York Times, le gouvernement américain possède des preuves que l'application envoie des données en Chine.

Le Trésor a indiqué à l'AFP qu'il ne souhaitait pas commenter cette information.

Le sénateur républicain Marco Rubio s'est réjoui de la nouvelle sur Twitter, "parce que n'importe quelle plateforme détenue en Chine qui collecte un nombre massif de données sur des Américains représente une menace potentielle pour notre pays".

"Avec plus de 110 millions de téléchargements rien qu'aux Etats-Unis, TikTok pose un risque de contre-espionnage que nous ne pouvons pas ignorer", avaient affirmé la semaine dernière deux autres ténors du Sénat américain, réclamant à la direction du renseignement national de "conduire une évaluation sur les risques pour la sécurité nationale" que pose l'application.

Le leader des démocrates au Sénat Chuck Schumer et le républicain Tom Cotton estiment que le propriétaire chinois de TikTok, ByteDance, "qui est obligé de respecter les lois chinoises" pourrait être obligé "de coopérer avec les services de renseignement du Parti communiste chinois", même si les données des utilisateurs sont stockées aux Etats-Unis.

Ils craignent également que l'application n'offre aux renseignements chinois un accès secret aux smartphones et ordinateurs des utilisateurs. Les Etats-Unis accusent déjà le géant chinois des télécoms Huawei de ce même procédé.

Interrogée par l'AFP, TikTok a indiqué ne pas pouvoir commenter une éventuelle enquête mais souligné "ne pas avoir de priorité plus importante que de gagner le respect de nos utilisateurs et régulateurs aux Etats-Unis".

TikTok s'est aussi distancé du pouvoir chinois et a précisé que ses serveurs étaient situés en-dehors de Chine et par conséquent que leurs "données" n'étaient "pas soumises à la législation chinoise".

TikTok a passé début 2019 la barre du milliard de téléchargements dans le monde, sans compter la Chine (où l'appli équivalente s'appelle Douyin), d'après le cabinet Sensor Tower.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.