Accéder au contenu principal
REPORTAGE

Au Liban, le Hezbollah fragilisé après ses prises de position sur la contestation

À Beyrouth, des dignitaires chiites attendent le discours du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah.
À Beyrouth, des dignitaires chiites attendent le discours du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah. Capture d'écran France 24

Accusé de corruption et d’autoritarisme, le puissant parti chiite a voulu réagir. Hassan Nasrallah a pris la parole, vendredi, pour saluer l’engagement des manifestants mais certains Libanais sont lassés des discours politiques sans résultats.

Publicité

Dans le sud de Beyrouth, fief du Hezbollah, l’assistance écoute avec attention le discours du secrétaire général du parti chiite, Hassan Nasrallah, vendredi 1er novembre.

>> À lire : Au Liban, le chef du Hezbollah appelle ses partisans à la retenue

Accusé de corruption et d'autoritarisme par les manifestants, le parti chiite a changé de discours. La semaine dernière, Hassan Nasrallah avait insinué que le mouvement de contestation était manipulé pour servir des agendas politiques régionaux et internationaux.

De nombreux manifestants, même chiites, reprochent au Hezbollah d'abuser de son pouvoir économique. Alors, face aux critiques de la population libanaise, Hassan Nasrallah s'en tient à sa stratégie : se montrer compréhensif, tout en brandissant la menace du chaos.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.