Accéder au contenu principal

En France, la tempête Amélie prive 140 000 foyers d’électricité

Un homme court le long de la Grande Plage de Biarritz, dimanche 3 novembre 2019, alors que la tempête Amélie s'est abattue sur la côte Atlantique.
Un homme court le long de la Grande Plage de Biarritz, dimanche 3 novembre 2019, alors que la tempête Amélie s'est abattue sur la côte Atlantique. Iroz Gaizka, AFP

La tempête Amélie s’est abattue sur le sud-ouest de la France avec des rafales de vent à plus de 160 km/h. Dimanche, 140 000 foyers ont été privés d'électricité. Le Sud-Est a également subi des inondations. Une femme est portée disparue.

Publicité

C’est la première tempête de l’automne. Amélie s’est abattue sur la côte Atlantique, dans l’ouest de la France, provoquant une mer déchaînée, des rafales à plus de 160 km/h et des routes coupées par des chutes d’arbres. Dimanche 3 novembre, 140 000 foyers ont été privés d'électricité, tandis qu'une femme était recherchée dans le sud-est après de fortes pluies.

Selon Météo France, des rafales de vent à 163 km/h ont été enregistrées sur le littoral au Cap Ferret (Gironde), 148 km/h à Messanges (Landes) 146 km/h à Belle-Ile, 139 km/h à l'Ile-de-Ré, 138 km/h à Biscarrosse (Landes) et l'Ile d'Yeu. Le vent a aussi soufflé très fort à l'intérieur des terres, avec 121 km/h à Bordeaux.

La vigilance orange "vent" a finalement été levée pour 10 départements de l'arc atlantique et du sud-ouest mais de "de forts déferlements de vagues" restaient attendues sur le littoral. Dans le Massif central, seuls l'Allier, le Cantal et le Puy-de-Dôme restaient en vigilance orange jusqu'à 16 heures. Les rafales devaient y atteindre "de 90 à 110 km/h, 130 km/h sur le relief", a indiqué Météo France à la mi-journée.

À midi, environ 140 000 clients restaient privés d'électricité dans le Sud-Ouest principalement : Pyrénées-Atlantiques, Landes, Dordogne, Charente-Maritime, Charente, la Gironde étant le département le plus concerné (45 000 foyers), a indiqué à l'AFP le réseau de distribution d'électricité Enedis.

"La situation reste évolutive" a indiqué un porte-parole ajoutant que 700 techniciens sont mobilisés sur le terrain.

Des centaines d’interventions des pompiers

Sur la côte atlantique, où Amélie a soufflé en deux temps, aux premières heures de dimanche puis de nouveau après l'aube, les pompiers ont comptabilisé près de 200 interventions dans les Pyrénées-Atlantiques, plus de 150 en Gironde, 145 en Vendée, plus d'une centaine dans les Landes, en Charente-Maritime, notamment.

L'essentiel des interventions portait dans le Sud-Ouest sur des chutes d'arbres sur les voies, des câbles électriques à terre, des mises en sécurité de biens, bâchages de toitures. Mais dans les Landes 47 personnes ont été évacuées d'un camping à Aureilhan et mise à l'abri. À Mimizan, la toiture du casino s'est effondrée.

Dans le Sud-Est l'impact des intempéries a été plus localisé mais pas moins spectaculaire. La région a souffert de fortes pluies et d'inondations. Les pompiers des Bouches-du-Rhône ont effectué 180 interventions entre 23 h 30 et 3 heures du matin, sans victime à déplorer.

Dans les Alpes-Maritimes, les interventions pour locaux inondés ont été concentrées sur Nice. Vers 2 h, les pompiers ont réalisé 30 interventions en une heure sur la ville, notamment la mise en sécurité de 13 "naufragés de la route".

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.