Accéder au contenu principal

La Bourse de Paris se sent pousser des ailes (+0,99%)

Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris poursuivait son mouvement d'ascension lundi à mi-séance (+0,99%), soutenue par un double optimisme entourant à la fois les relations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis mais aussi entre Washington et l'Europe.

A 13H31 (12H31 GMT), l'indice CAC 40 gagnait 57,23 points à 5.819,12 points, dans un volume d'échanges de 1,3 milliard d'euros.

La cote parisienne a débuté dans le vert et poursuivi graduellement son ascension.

De son côté, Wall Street s'apprêtait à démarrer en hausse. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average prenait 0,46%, l'indice élargi S&P 500 0,47% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,58%.

"Dans une nouvelle séance d'euphorie haussière, l'indice CAC 40 est venu inscrire un énième record annuel", en dépassant un nouveau seuil symbolique des 5.800 points, observe Thierry Claudé, analyste pour Kiplink Finance.

Le comportement de l'indice CAC 40 démontre que "les attentes positives restent supérieures aux craintes", souligne l'expert.

De sorte que la nouvelle détérioration de la conjoncture dans le secteur manufacturier de la zone euro en octobre semblait ne pas peser sur la tendance.

Car le moteur prédominant des marchés actions, les négociations commerciales sino-américaines, se sont rapprochées d'un accord partiel, à en croire les commentaires positifs de Washington et de Pékin sur le sujet.

Le principal conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, a ainsi fait état vendredi "d'énormément de progrès" dans les négociations sur un accord partiel dit de "phase 1", plus avancé qu'au printemps. Pékin a pour sa part évoqué des "discussions sérieuses et constructives" samedi.

Le président américain Donald Trump a dit que la rencontre avec son homologue chinois Xi Jinping, au cours de laquelle les deux hommes entendent parapher cet accord commercial partiel, pourrait avoir lieu dans l'Etat américain rural de l'Iowa.

Autre nouvelle positive qui a aidé la tendance et soutenu les valeurs du secteur automobile, les Etats-Unis pourraient ne pas avoir à imposer des taxes douanières supplémentaires sur les importations de voitures, a déclaré dimanche Wilbur Ross, le ministre américain du Commerce.

Par ailleurs, les investisseurs écouteront avec attention la première intervention publique de Christine Lagarde en tant que présidente de la Banque centrale européenne, où elle fera face à Berlin à un public allemand très critique ces derniers temps à l'encontre de la politique de l'argent facile pratiquée par l'institution.

- Automobiles et banques recherchées -

Le secteur automobile se distinguait nettement: Peugeot, qui veut former avec Fiat-Chrysler le n°4 mondial du secteur, grimpait de 5,01% à 24,53 euros, Renault montant dans une moindre mesure (+0,70% à 47,05 euros).

Les équipementiers Faurecia (+4,75% à 6,09 euros) Valeo (+4,39% à 35,19 euros) et Plastic Omnium (+2,23% à 25,18 euros) n'étaient pas en reste.

Les valeurs bancaires remontaient sous l'effet d'une rotation sectorielle: BNP Paribas (+2,54% à 48,37 euros), Société Générale (+2,40% à 26,48 euros) et Crédit Agricole (+1,57% à 11,96 euros).

Les titres des matières premières dont ArcelorMittal (+2,7% à 14,41 euros) et Aperam (+1,46% à 24,27 euros) profitaient de l'optimisme ambiant dans les négociations commerciales.

Saint-Gobain avançait de 1,78% à 37,64 euros après la cession de son activité de polystyrène expansé en France.

Casino n'était guère perturbé (+0,84% à 49,01 euros) par l'enquête ouverte par la Commission européenne sur une possible collusion entre lui et Les Mousquetaires ("Intermarché").

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.