Accéder au contenu principal
Le débat

Irak : jusqu'où la colère ?

C'était l'un des états arabes jusque-là épargnés par la contestation, et pour cause : l'Irak avait payé un lourd tribut à la guerre et au terrorisme. Mais l’exaspération des Irakiens face à la corruption et la mauvaise gouvernance a eu raison de ce calme apparent.Depuis un mois, les foyers de contestation se multiplient avec une exigence : le départ de la classe dirigeante.

Publicité

Une émission préparée par Mélissa Kalaydjian, Hanane Saïdani et Flore Simon

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.