Accéder au contenu principal

Macron en Chine : Xi Jinping s'engage à ouvrir davantage la porte aux entreprises étrangères

Emmanuel Macron au côté du président chinois Xi Jinping, le 5 novembre à Shanghai.
Emmanuel Macron au côté du président chinois Xi Jinping, le 5 novembre à Shanghai. Ludovic Marin, AFP

"La porte de la Chine s'ouvrira toujours plus grande", a assuré le président chinois mardi lors de la Foire aux importations de Shanghai. Il répondait à Emmanuel Macron, qui plaide pour une plus grande ouverture du marché chinois.

Publicité

Emmanuel Macron et Xi Jinping sont au diapason à Shanghai, pour cette deuxième journée de visite du président français en Chine, mardi 5 novembre. Lors de la Foire aux importations, les deux dirigeants ont tous deux plaidé pour un renforcement des échanges commerciaux.

"Nous avons besoin d'une plus grande ouverture de la Chine et de son marché", a clamé le chef de l'État français au cours de la cérémonie d'ouverture. Pour lui, "beaucoup a été fait ces dernières années" par Pékin, notamment avec "d'importantes réductions tarifaires" ou "des réformes dans le secteur financier". Mais "nous appelons à leur consolidation et à leur approfondissement", a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron, qui était accompagné de patrons des principales entreprises françaises, "s'est exprimé pendant de longues minutes pour vanter les mérites de la Chine", a commenté Antoine Védeilhé, correspondant de France 24 dans le pays. "Le monde a besoin de la Chine, mais la Chine aussi a besoin du monde, a lancé Emmanuel Macron", a-t-il ajouté.

"La porte de la Chine s'ouvrira toujours plus grande", a assuré le président chinois Xi Jinping, qui a ouvert la Foire.

"La porte de la Chine s'ouvrira toujours plus grande"

La Chine est actuellement le 7e client de la France et son 2e fournisseur. Les exportations tricolores vers ce pays ont progressé de 11 % l'an dernier et représenté 21 milliards d'euros.

"La guerre commerciale ne fait que des perdants"

Emmanuel Macron a en outre appelé à "s'opposer fermement au protectionnisme et à l'unilatéralisme" alors que Pékin est engagé dans un bras de fer avec Washington, pour lequel un prudent optimisme s'est dessiné ces dernières semaines.

Sans nommer son homologue américain Donald Trump, il a dénoncé le recours "à l'action unilatérale, à l'arme tarifaire et à la loi du plus fort", car "la guerre commerciale ne fait que des perdants" en pesant sur la croissance mondiale.

"Agenda de coopération"

Pour Emmanuel Macron, l'UE et la Chine doivent travailler à "un agenda de coopération et d'harmonie", au delà des différences "parfois profondes" entre leurs deux modèles.

"Quel jeune Chinois peut être convaincu de l'intérêt de l'ouverture du commerce international si cela ne l'aide pas à vivre mieux, à se nourrir mieux ? Quel jeune Français peut être convaincu de l'intérêt de l'ouverture si elle le rend plus dépendant de choix technologiques faits ailleurs et moins maître de son destin ?", s'est-il interrogé.

Accord sur les IGP

Au cours de la visite du stand français à la Foire avec Emmanuel Macron, Xi Jinping devait savourer une entrecôte de viande bovine Salers, considérée parmi les plus goûteuses.

Les entreprises agroalimentaires françaises espèrent bénéficier de l'accord sur les indications géographiques protégées (IGP) qui doit être signé mercredi à Pékin entre la Chine et l'Union européenne. Il devrait permettre de mieux "protéger le savoir-faire", selon Emmanuel Macron, dans 26 IGP françaises allant du vin de Bordeaux au fromage de comté.

Pékin affirme que 57,8 milliards de dollars de contrats ont été signés lors de la première édition de la Foire de Shanghai, organisée l'an dernier. Mais les groupes étrangers ne semblent pas emballés : seule la moitié de ses membres ont signé des contrats à cette occasion et "beaucoup" d'entre eux "n'ont pas eu de suivi", selon une étude de la Chambre de commerce européenne à Shanghai.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.