Accéder au contenu principal

Angleterre: les Saracens veulent garder leurs joueurs malgré la sanction de la Ligue de rugby

Publicité

Londres (AFP)

Le propriétaire des Saracens a annoncé mercredi qu'il n'aurait pas à mettre l'effectif du club en pièces après la lourde sanction de la Ligue de rugby anglaise qui a notamment soustrait 35 points au compteur de l'équipe pour violation du +salary cap+.

Le club de Watford, lauréat de trois des quatre dernières Coupes d'Europe et double champion d'Angleterre en titre, a en outre écopé d'une amende de 5 millions de livres (6.2 M EUR). Il a fait appel de la décision.

"Pour clarifier, il n'y a pas d'obligation de se séparer de tel ou tel joueur", a déclaré Nigel Wray dans une vidéo publiée sur le compte Twitter du club. "Si vous pensez que c'est un problème d'argent, vous avez tout faux. Il s'agit d'amour, de prendre soin les uns des autres, de travailler tous ensemble, et je suis très fier de tous nos joueurs, et d'ailleurs de tous ceux qui travaillent aux Saracens. Je suis fier de ce que nous avons accompli et de ce que nous accomplirons, sur les terrains et en dehors."

Les Saracens étaient visés depuis neuf mois par une enquête menée par un groupe d'experts indépendants pour non respect de la masse salariale autorisée lors des trois dernières saisons, fixée à 7 millions de livres (8,1 M EUR) par an en Angleterre. Il est notamment reproché à Nigel Wray, le propriétaire, d'avoir contourné la limite en se lançant dans des investissements en commun avec certains joueurs.

L'effectif du club compte neuf vice-champions du monde anglais dont les frères Billy et Mako Vunipola, Owen Farrell et Maro Itoje.

Depuis l'anonce de la décision de la Ligue de rugby anglaise les réactions désapprouvant la conduite financière du club se sont multipliées outre-Manche, à l'image de Tony Rowe, propriétaire des Exeter chiefs, le club battu lors des deux dernières finales du championnat par les Saracens, et qui a déclaré: " ils devraient être relégués automatiquement".

L'ancien capitaine du Quinze de la rose Chris Robshaw les a quant à lui accusés d'avoir +triché+ et de +mettre le rugby anglais dans une situation très difficile+.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.