Accéder au contenu principal

RD Congo : l'ancien chef de guerre Bosco Ntaganda condamné à 30 ans de prison par la CPI

Le commandant de la milice congolaise Bosco Ntaganda entre dans la salle d'audience de la Cour pénale internationale à La Haye, aux Pays-Bas, le 7 novembre 2019.
Le commandant de la milice congolaise Bosco Ntaganda entre dans la salle d'audience de la Cour pénale internationale à La Haye, aux Pays-Bas, le 7 novembre 2019. Peter Dejong, Reuters

Surnommé "Terminator", l'ex-chef de guerre congolais Bosco Ntaganda a été condamné jeudi à une peine de 30 ans de prison pour des crimes de guerre et contre l'humanité par la Cour pénale internationale.

Publicité

La Cour pénale internationale (CPI) a condamné, jeudi 7 novembre, l'ex-chef de guerre congolais Bosco Ntaganda à une peine de 30 ans de prison pour des crimes de guerre et contre l'humanité. Il s'agit de la peine la plus lourde jamais prononcée par la juridiction basée à La Haye.

Citant des "crimes multiples", dont l'esclavage sexuel et la persécution, le juge Robert Fremr a déclaré lors d'une audience que la peine imposée à Bosco Ntaganda "est ainsi fixée à 30 ans d'emprisonnement".

>> À lire aussi : RD Congo : l'ancien chef de guerre Bosco Ntaganda reconnu coupable de crimes de guerre par la CPI

Meurtres, pillages et viols d'enfants

Surnommé "Terminator", Bosco Ntaganda est accusé d'avoir commandité, programmé et planifié des meurtres, pillages et viols d'enfants soldats, commis par ses troupes en 2002-2003. Il aurait également coordonné la logistique et fourni les armes à ses troupes. Un conflit qui a coûté la vie à plus de 60 000 personnes, selon les ONG.

"Les juges ont retenu la gravité de ces crimes, a constaté Stéphanie Maupas, correspondante de France 24 à La Haye. "Plus de 70 meurtres prouvés lors du procès, mais les juges ont précisé que l'UPC, milice à laquelle appartenait  Bosco Ntaganda, était responsable d'un nombre incalculable de victimes dans cette guerre". Ont également été pris en compte les viols contre les civils et l'esclavage sexuel.

Arrêté en 2013, Bosco Ntaganda a déjà purgé six années de sa peine. Il a fait appel de la condamnation.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.