Accéder au contenu principal
REPORTAGE

La banque centrale du Liban, nouvelle cible des manifestants

Des manifestants postés devant la banque centrale du Liban, à Beyrouth.
Des manifestants postés devant la banque centrale du Liban, à Beyrouth. France 24

Les manifestants libanais, qui entraient jeudi dans leur 4e semaine de mobilisation, ne s'en prennent pas seulement à la classe politique. Ils mettent également en cause les négligences d'un système bancaire qui favorise la corruption.

Publicité

Le mouvement de protestation entame jeudi 8 novembre sa quatrième semaine au Liban. Les manifestants, qui réclament un nouveau gouvernement,  sont mobilisés pour dénoncer la corruption et l'incompétence de leurs dirigeants, dans un pays en proie à une grave crise économique.

Sacs à dos sur les épaules, brandissant des drapeaux libanais, allumant des fumigènes colorés, les contestataires s’en prennent également aux institutions et au centre de pouvoir. Notamment à la banque centrale du Liban.

"Riad Salamé [gouverneur de la banque centrale du Liban, NDLR] est un voleur ! martèle Saraa Danawi, qui manifeste devant la banque incriminée. À bas, à bas, le règne des corrompus."

Et une autre manifestante d’expliquer : "Tout l'argent que reçoivent les députés et les ministres passe par la banque centrale du Liban. Alors dans la mesure où cette banque ne fait rien pour s'opposer à la corruption de nos hommes politiques, elle se rend complice de cette corruption. "

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.