Accéder au contenu principal

Le cyclone Bulbul a frappé le Bangladesh et l'Inde, faisant plusieurs morts

Le cyclone Bulbul a frappé les zones côtières du Bangladesh et de l'Inde, samedi 9 novembre.
Le cyclone Bulbul a frappé les zones côtières du Bangladesh et de l'Inde, samedi 9 novembre. Capture d'écran France 24.

Le cyclone Bulbul, qui a frappé samedi les zones côtières du Bangladesh et de l'Inde, a fait 14 morts et contraint deux millions de Bangladais à passer la nuit sous des abris, ont annoncé dimanche les autorités.

Publicité

Les autorités du Bangladesh ont annoncé dimanche 10 novembre que le cyclone Bulbul, qui a frappé le Bangladesh et l'Inde, avec des vents violents et des pluies torrentielles, a fait 14 morts et contraint 2 millions de Bangladais à passer la nuit sous des abris.

Le cyclone, qui était accompagné de vents atteignant les 120 km/h, a frappé samedi soir les zones côtières de ces deux pays voisins, entraînant la fermeture des aéroports et des ports.

Sept personnes sont mortes dans l'État du Bengale-Occidental, dans l'est de l'Inde, dont deux quand des arbres se sont abattus sur leurs habitations et une autre après la chute d'un arbre à Calcutta.

L'effondrement d'un mur dans l'État voisin d'Odisha (nord-est) a également fait un mort.

Au Bangladesh, six personnes ont perdu la vie après avoir été tuées, dont cinq à la suite de chutes d'arbres, et au moins 20 personnes ont été blessées. Cinq autres personnes étaient portées disparues après le naufrage d'un bateau de pêche sur une rivière proche de l'île de Bhola (sud).

Le cyclone a également causé des dégâts sur environ 4 000 maisons faites principalement de boue et de tôle, a indiqué le secrétaire chargé de la gestion des catastrophes.

Dans la région côtière de Khulna, dans le sud du Bangladesh, la plus touchée du pays, des arbres déracinés sont tombés sur les routes, empêchant l'accès à cette zone.

Les parties situées à basse altitude ont été inondées, a indiqué à l'AFP Enamur Rahman, le responsable chargé de la gestion des catastrophes.

Le cyclone a baissé en intensité à mesure qu'il pénétrait à l'intérieur des terres, ont précisé les autorités.

Le cyclone Bulbul a d'abord frappé les Sundarbans, une région faite d'innombrables bras et canaux du delta du Gange et qui abrite la plus grande forêt de mangrove du monde.

Partagée entre le Bangladesh et l'Inde, cette région est aussi l'habitat du tigre du Bengale, une espèce menacée.

Deux millions de personnes évacuées au Bangladesh

Au Bangladesh, plus de 2 millions de personnes ont été évacuées et installées dans plus de 5 500 abris spéciaux.

Des militaires bangladais ont été dépêchés dans des villages et des dizaines de milliers de volontaires ont fait du porte à porte, appelant les habitants par haut-parleurs à s'enfuir, certains villages étant en dessous du niveau de la mer.

Quelque 1 500 touristes sont restés bloqués sur l'île de Saint Martin, dans la baie du Bengale, les services maritimes ayant été interrompus par les intempéries.

En Inde, les près de 120 000 personnes évacuées ont commencé à regagner leur domicile, alors que le cyclone baissait en intensité, ont indiqué les autorités.

Le Bangladesh est un pays plat situé pour l'essentiel à moins de 12 mètres au-dessus du niveau de la mer, et pour 10 % de son territoire, en-dessous de ce niveau. Il est régulièrement touché par des cyclones qui ont fait les dernières décennies des centaines de milliers de morts, et dont la fréquence et l'intensité a augmenté ces dernières années.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.