Accéder au contenu principal

Législatives en Espagne : victoire fragile de Pedro Sanchez, poussée de l'extrême droite

Pedro Sanchez salue ses partisans, le 10 novembre 2019 à Madrid.
Pedro Sanchez salue ses partisans, le 10 novembre 2019 à Madrid. Sergio Perez, Reuters

Le socialiste Pedro Sanchez est arrivé dimanche soir en tête des élections législatives espagnoles sans toutefois obtenir une majorité pour gouverner. Le scrutin a aussi été marqué par une très forte poussée du parti d'extrême droite Vox.

Publicité

Le Premier ministre socialiste sortant Pedro Sanchez a remporté dimanche 10 novembre les quatrièmes législatives en quatre ans en Espagne, mais il n'a pas amélioré ses chances de gouverner alors que le parti d'extrême droite Vox est devenu la troisième force politique du pays, à la faveur de la crise catalane.

Après le dépouillement de la quasi-totalité des bulletins de vote, le Parti socialiste (PSOE) de Pedro Sanchez, qui espérait obtenir une majorité claire pour mettre fin au blocage politique qui mine le pays depuis 2015, ne compte plus que 120 députés contre 123 après le précédent scrutin, en avril.

Sous les cris d'encouragement de ses partisans, il s'est engagé à "débloquer la situation politique et à former un gouvernement progressiste". S'il parvient à être reconduit au pouvoir par la Chambre des députés, ce qu'il n'avait pas réussi à faire après le scrutin d'avril, Pedro Sanchez devra se contenter d'un fragile gouvernement minoritaire obligé de négocier des appuis au cas par cas au Parlement.

L'extrême droite en plein essort

Vox, formation ultranationaliste et anti-immigration fondée il y a cinq ans, a poursuivi son ascension et plus que doublé son nombre de sièges, à 52 élus (contre 24 en avril). Elle devient ainsi la troisième force politique d'un pays où l'extrême droite était, avant son irruption, marginale depuis la fin de la dictature de Franco (1939-1975).

C'est l'ascension "la plus fulgurante de la démocratie espagnole", s'est écrié, devant des centaines de militants brandissant des drapeaux espagnols, son chef, Santiago Abascal, dont le résultat a été salué par les leaders d'extrême droite français Marine Le Pen et italien Matteo Salvini.

Vox a bénéficié de l'émoi suscité par la crise en Catalogne, qui a dominé la campagne après les nuits de violences ayant suivi la condamnation mi-octobre de neuf dirigeants indépendantistes à de lourdes peines de prison pour la tentative de sécession de 2017.

Ancien membre du Parti populaire (PP), le chef de Vox, Santiago Abascal, a martelé son discours virulent sur la Catalogne prônant l'interdiction des partis séparatistes, la suspension de l'autonomie de la région et l'arrestation de son président indépendantiste Quim Torra. Il s'en est aussi vivement pris aux immigrés illégaux qu'il accuse d'une prétendue hausse de la délinquance.

Les séparatistes catalans progressent

Les conservateurs du Parti populaire (87 sièges) ont eux redressé la barre après le pire résultat de leur histoire en avril (66 sièges) tandis que la gauche radicale de Podemos a perdu sept députés (35 contre 42 en avril) et que les libéraux de Ciudadanos se décomposent et tombent de 57 à 10 députés.

Ni un bloc de gauche (PSOE, Podemos et sa liste dissidente Mas Pais) ni une alliance des droites (PP, Vox et Ciudadanos) n'atteignent la majorité absolue de 176 sièges sur 350.

Les partis de droite qui prônaient tous une politique dure contre les séparatistes catalans n'ont progressé que de deux sièges, en raison de la déroute de Ciudadanos.

En face, les partis indépendantistes catalans ont consolidé leur représentation : à trois, ils totalisent 23 sièges (contre 22 en avril) sur les 42 qui étaient en jeu en Catalogne.

Podemos prêt à négocier

Durant la campagne, Pedro Sanchez a tenté de mobiliser son électorat contre la montée de Vox, qu'il présentait comme un retour du franquisme, en dénonçant la droite qui n'a pas hésité à s'allier avec ce parti pour prendre le contrôle de l'Andalousie, région la plus peuplée d'Espagne, de la région de Madrid, la plus riche, et de la mairie de la capitale.

Le résultat de ces élections augure d'une poursuite de l'instabilité politique. Par la voix de son chef de file Pablo Iglesias, la formation Podemos a fait savoir qu'elle était prête à négocier "dès demain" la formation d'un gouvernement avec les socialistes, après avoir échoué à le faire à l'issue du précédent scrutin. Si cette hypothèse se concrétisait, l'apport de ces sièges serait toutefois insuffisant pour garantir une majorité absolue.

"Pour les socialistes, s'allier avec l'extrême gauche ne sera pas suffisant"

Le dirigeant du PP, Pablo Casado, qui a rejeté à maintes reprises par le passé tout soutien à Pedro Sanchez, a estimé qu'il serait désormais encore plus difficile de sortir de l'impasse. "Sanchez a perdu (...). L'Espagne ne peut pas attendre plus longtemps, mais elle ne peut pas être otage des intérêts partisans (de Sanchez)", a-t-il dit.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.