Accéder au contenu principal

L'échiquier politique espagnol encore plus fragmenté après les législatives

Pedro Sanchez salue ses partisans, le 10 novembre 2019 à Madrid.
Pedro Sanchez salue ses partisans, le 10 novembre 2019 à Madrid. Sergio Perez, Reuters

Le Parti socialiste ouvrier espagnol du chef du gouvernement sortant Pedro Sanchez est arrivé en tête dimanche des législatives anticipées mais sans obtenir de majorité. Le Parlement est encore plus fragmenté qu'avant le scrutin.

Publicité

Forte poussée de l'extrême droite, léger recul des socialistes, chute libre des libéraux : l'échiquier politique espagnol était encore plus fragmenté lundi au lendemain des législatives anticipées, compliquant à l'extrême la formation d'un nouveau gouvernement.

"Les élections d'hier n'ont pas résolu les difficultés pour articuler une majorité de gouvernement. Au contraire, elles les ont aggravées", juge le premier quotidien généraliste du pays, El Pais, tandis que celui de droite La Razon titre "Reblocage" au-dessus d'une photo du chef du parti d'extrême droite, Santiago Abascal.

Victorieux dimanche, le chef du gouvernement socialiste sortant Pedro Sanchez a en effet manqué son pari de sortir renforcé de ces quatrièmes élections générales en quatre ans pour mettre fin à l'instabilité politique qui plombe le pays depuis 2015. Il a au contraire perdu des sièges et compte 120 députés, contre 123 après le dernier scrutin d'avril.

La surprise a été créée par le parti d'extrême droite Vox, qui a plus que doublé son nombre de députés, avec 52 sièges sur 350, pour devenir le troisième parti d'Espagne. De leur côté, les libéraux de Ciudadanos se sont effondrés avec 10 députés contre 57, ce qui a poussé leur chef, Albert Rivera, à annoncer lundi sa démission et son retrait de la vie politique.

Avec ce Parlement plus fragmenté que jamais, la composition d'une nouvelle équipe gouvernementale va constituer un casse-tête encore plus difficile à résoudre. Selon Joan Botella, politologue à l'université autonome de Barcelone, "la formation d'un gouvernement va être pratiquement impossible". "Tous les partis ont un rival à leur gauche et un autre à leur droite, ce qui bloque leurs options stratégiques", dit-il à l'AFP.

Le Parti populaire bloqué par Vox

C'est le cas en particulier des conservateurs du Parti populaire (PP), qui ont redressé la barre (88 sièges) après le pire résultat de leur histoire en avril (66 sièges).

Les socialistes espéraient pouvoir compter sur une abstention du PP lors d'un vote de confiance à la Chambre pour que Pedro Sanchez puisse gouverner en minorité.

Mais selon les analystes, cette option s'éloigne en raison du bond de Vox, qui a exploité l'émoi suscité par les troubles en Catalogne, où la condamnation mi-octobre à de lourdes peines de prison de neuf dirigeants indépendantistes a provoqué de nombreuses manifestations parfois violentes.

"La concurrence entre Vox et le PP à droite peut inciter le PP à ne pas faciliter la formation d'un gouvernement socialiste", juge ainsi Antonio Barroso du cabinet Teneo.

Dans ce contexte, les socialistes n'ont pas dévoilé leurs cartes lundi matin, se contentant d'appeler les autres partis à les laisser gouverner en minorité en tant que première force du pays. "Nous demandons à tout le monde de changer de critères, de faire preuve de générosité pour l'intérêt du pays", a déclaré la numéro deux du gouvernement, Carmen Calvo.

Si le PP refuse de s'abstenir lors d'un vote de confiance, les socialistes devront aller chercher leurs soutiens à gauche, en particulier auprès du parti de gauche radicale Podemos, qui a cédé du terrain mais compte toujours 35 députés.

La méfiance est toutefois tenace entre les deux formations, qui ont échoué à s'entendre cet été sur la formation d'un gouvernement de coalition, précipitant la convocation du scrutin anticipé de dimanche. Elles ont de plus des positions antagonistes sur la crise catalane qui a dominé la campagne.

Dans tous les cas, s'il est appuyé par Podemos, M. Sanchez devra aller chercher l'appui indispensable d'autres formations pour arriver au seuil de majorité de 176 députés. Et notamment d'une partie des indépendantistes catalans, un scénario à première vue risqué politiquement au vu des tensions en Catalogne.

Pour se passer de l'appui encombrant des séparatistes, qui avaient lâché Pedro Sanchez en février après avoir soutenu son arrivée au pouvoir en juin 2018, une autre solution également compliquée pourrait être l'appui simultané de Podemos, des nationalistes basques et de Ciudadanos.

"Nous espérons que le processus aboutira à un gouvernement qui permettra à l'Espagne de continuer à jouer un rôle actif en Europe et au-delà", a souligné à Bruxelles la porte-parole de la Commission européenne, Mina Andreeva.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.