Accéder au contenu principal

Violences à Hong Kong : un homme blessé par balle, un autre transformé en torche humaine

Capture d'écran d'une vidéo montrant un manifestant qui essaie d'empêcher un policier de tirer avec son arme à Hong Kong, le 11 novembre 2019.
Capture d'écran d'une vidéo montrant un manifestant qui essaie d'empêcher un policier de tirer avec son arme à Hong Kong, le 11 novembre 2019. Cupid Producer via Reuters

La police de Hong Kong a ouvert le feu lundi contre des manifestants, blessant au moins l'un d'entre eux, ont rapporté des médias locaux, alors que des heurts ont éclaté dans la mégapole. Un homme a par ailleurs été transformé en torche humaine.

Publicité

Hong Kong a connu, lundi 11 novembre, une des journées les plus violentes et chaotiques en cinq mois de mobilisation prodémocratie. D'après la presse hongkongaise, des agents de police ont tiré à balles réelles en direction des contestataires dans l'est de Hong Kong. Un manifestant a été blessé, a indiqué la chaîne Cable TV.

Sur des vidéos partagées sur les réseaux sociaux, on peut voir un manifestant gisant au sol dans une mare de sang.

L'administration hospitalière a déclaré à Reuters qu'un homme âgé de 21 ans, présumé blessé dans l'incident dans le quartier de Sai Wan Ho, avait été admis à l'hôpital et subissait une opération.

Un journaliste de Reuters a constaté que les forces de l'ordre ont plus tard fait usage de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants dans la zone où s'est produit le tir à balle réelle.

De nombreux secteurs de la mégapole ont vu s'ériger des barrages sur les routes, alors que des radicaux vandalisaient des stations de métro et des sociétés accusées de faire le jeu du gouvernement local ou de Pékin.

Torche humaine

Un homme masqué a même aspergé un autre homme avec un liquide inflammable, avant de le transformer en torche humaine dans une scène particulièrement violente qui, captée par des téléphones, s'est vite propagée sur les réseaux sociaux.

La police a accusé un manifestant d'être responsable de cette attaque et pointé également du doigt des "émeutiers" pour divers autres actes de violence, comme le fait d'avoir jeté un cocktail Molotov dans un train. De leur côté, de nombreux manifestants ont encore dénoncé un recours excessif à la force de la part de la police.

La police a déclaré dans un communiqué que des manifestants "radicaux" avaient érigé des barricades en de multiples points de la ville, demandant aux contestataires de "mettre fin immédiatement à leurs actions illégales". Aucune mention de tir à balle réelle n'a été faite.

"Pan, pan, pan"

Un habitant de Sai Wan Ho a déclaré que les contestataires tentaient de bloquer une route en jetant des poubelles quand la police s'est précipitée sur les lieux. "Ils ne se sont pas affrontés, la police a accouru et a directement fait feu. Il y a eu trois bruits, 'pan, pan, pan'", a raconté Anson Yip, âgé de 36 ans.

La police avait auparavant fait feu à deux reprises contre des manifestants depuis que le mouvement de contestation, entré dans son sixième mois, a basculé dans la violence. Les deux manifestants, l'un âgé de 18 ans et l'autre de 14 ans, ont survécu à leurs blessures.

Ce nouvel incident intervient après le décès vendredi d'un étudiant de 22 ans qui avait fait une chute accidentelle lors d'une des précédentes manifestations.

Le fonctionnement de plusieurs lignes de train et de métro était perturbé lundi matin, alors que la police antiémeute se déployait près des stations de transports publics et des centres commerciaux. De nombreuses universités ont annulé les cours prévus lundi du fait des retards importants dans les transports publics constatés dans certaines zones.

Avec Reuters

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.