Accéder au contenu principal

Wall Street marque une pause dans sa course aux records et ouvre en baisse

Publicité

New York (AFP)

La Bourse de New York reculait à l'ouverture lundi, reprenant son souffle à l'occasion d'un jour semi-férié aux Etats-Unis après avoir atteint de nouveaux records.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, reculait de 0,29% vers 14H45 GMT, à 27.601,15 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 0,40%, à 8.441,61 points, et l'indice élargi S&P 500 cédait 0,35% à 3.082,32 points.

Comme le S&P 500, le Dow Jones et le Nasdaq avaient terminé vendredi à des niveaux inédits, au terme de plusieurs séances marquées par un regain d'optimisme sur le front commercial sino-américain. Sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones était monté de 1,2%, le Nasdaq de 1,1% et le S&P 500 de 0,8%.

Lundi, certains acteurs du marché étaient absents à l'occasion de la journée des Anciens combattants, tandis que le marché obligataire était fermé.

Dans cet environnement aux échanges limités, les investisseurs attendaient surtout une série d'indicateurs publiés plus tard dans la semaine, sur l'inflation mercredi et les ventes au détail vendredi notamment.

L'audition du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, devant des commissions parlementaires mercredi et jeudi sera aussi surveillée de près pour toute information complémentaire sur les perspectives à court terme de la politique monétaire américaine.

"Toutefois, comme la Fed a placé la barre très haut pour toute évolution des taux dans un sens ou dans l'autre lors de son dernier Comité de politique monétaire, il est difficile d'imaginer qu'il peut apporter beaucoup de nouvelles informations aux marchés", ont souligné les analystes de Deutsche Bank.

Autre intervention publique importante, le président américain Donald Trump doit s'exprimer devant le Club économique de New York mardi, soit à la veille de la date limite à laquelle il doit dire si son administration va ou non augmenter les droits de douane sur les automobiles et les pièces d'automobiles en provenance de l'Union européenne.

"Le consensus a évolué vers la conviction que Trump n'imposera pas les tarifs automobiles", estiment les analystes de Deutsche Bank.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.